Stèle

Auch, Ve-VIIe siècle

Calcaire gravé, 19 x 23 x 10 cm

Dépôt du musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye

Stele, Auch, 5th-7th century, engraved limestone, 19 x 23 x 10 cm

On permanent loan from the Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye

Stele, Auch, 5th-7th century, engraved limestone, 19 x 23 x 10 cm

On permanent loan from the Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye

 

Acquise en 1873 par le musée d’Archéologie nationale, cette petite stèle a été découverte au milieu du XIXe siècle sur le site de Saint-Orens à Auch (Gers). Elle porte une inscription gravée sur six lignes, rédigée en latin, à l’exception de la dernière qui apparaît en caractères hébraïques.

 

« IN DEI NOMINE S[an]CT[o] .

PELE[?]ER QUI [h]IC BENNID

D[eu]S ESTO CUM IPSO OCOLI

INVIDIOSI CREPEN[t]. DED[i]T

DONUM IONA FECET

שלם »

 

Le mot en hébreu, shalom (« paix »), ainsi que les deux motifs l’accompagnant, un shofar – instrument à vent taillé dans une corne d’un bélier –, et une menorah – chandelier à sept branches du sanctuaire du désert puis du Temple de Jérusalem –, signalent de manière certaine un contexte juif. En revanche le sens de cette stèle a fait l’objet de débats jusqu’à nos jours selon l’interprétation de la deuxième ligne.

 

« Au saint Nom de Dieu                                                    

Le pavage qui [est] ici, Bennid                 ou         Peleger qui [gît] ici, le fils de Nid

– Dieu soit avec lui et que les yeux

envieux crèvent – l’a offert                       ou          – par la grâce

en don, Jonas l’a confectionné                ou          de Dieu,

Paix »

Dans la première hypothèse, il s’agirait de la dédicace du pavage (pelester) d’une synagogue, offert par un certain Bennid, dans la seconde, de la stèle funéraire d’un nommé Peleger, « fils de Nid », l’usage de l’hébreu en place de « filius Nidi » confirmant sa judéité. Peleger – pour certains l’équivalent de Gerson – serait un nom grec, langue rare à l’époque carolingienne en dehors des communautés juives entretenant d’importants liens commerciaux avec l’Empire byzantin hellénophone. Cette épitaphe se rapprocherait de nombreux exemples italiens de l’Antiquité tardive, en latin ou en grec, sur lesquels on retrouve à la fois le mot shalom en hébreu et quelques symboles juifs comme le shofar, la menorah ou le loulav, palme utilisée lors de la fête des Cabanes.

 

Dans les deux cas, la stèle est l’œuvre d’un certain Jonas, nom typiquement juif. Quant à l’imprécation contre le mauvais œil, fréquente dans la culture populaire juive, elle dérive de plusieurs versets bibliques (Job, 12, 20, Proverbes, 30, 17...) et est reprise dans le Talmud (Berakhot, 20a).

 

Quelle que soit sa fonction, cette stèle constitue surtout un des très rares témoignages archéologiques – avec une stèle funéraire du VIIe siècle trouvée à Narbonne – de la continuité d’une présence juive en France méridionale de l’Antiquité au premier Moyen Âge. Si l’emploi d’une langue non juive, le latin ou le grec, la norme épigraphique de l’époque, est le signe d’une parfaite intégration, il rend particulièrement difficile leur identification. Il faudra ensuite attendre le XIIe siècle pour voir apparaître des inscriptions en hébreu, principalement funéraires.

 

 

 

Sur le même thème

Tim (Louis Mittelberg, dit, Varsovie, 1919 – Paris 2002), Hommage au capitaine Dreyfus, 2003, dépôt du Centre national des arts plastiques
Art contemporain, Histoire

Tim (Louis Mittelberg, dit, Varsovie, 1919 – Paris 2002)

Paris, 2003

Christian Boltanski (Paris, né en 1944), Les Habitants de l’hôtel de Saint-Aignan en 1939, Paris, 1998
Art contemporain, Histoire

Christian Boltanski (Paris, né en 1944)

Paris, 1998

Joseph Budko (Plonsk, 1888 - Jérusalem, 1940), Dans la ville du massacre, Berlin, 1923

Illustration pour le poème éponyme de Haïm Nahman Bialik (Rady, 1873 – Vienne, 1934), 1904. Xylographie sur papier Japon, 17,3 x 12,4 cm
Art moderne, Histoire

Joseph Budko (Plonsk, 1888 – Jérusalem, 1940)

Berlin, 1923