Un dimanche avec Charles-Valentin Alkan

dimanche 16 décembre 2007, 15h00-16h30
Portrait de Charles-Valentin Alkan.
Pastel d’Edouard Dubufe
© Pauline Ray

Portrait de Charles-Valentin Alkan.
Pastel d’Edouard Dubufe
© Pauline Ray

Au cœur du siècle romantique,Charles-Valentin Alkan est un pianiste et un compositeur visité par le génie, admiré de Liszt et de Chopin.

Le Tout-Paris s’arrache ses leçons de piano et acclame ses rares et fulgurantes apparitions. Mystique, il rêve de mettre en musique la Bible, qu’il traduit sans relâche. La légende ajoute qu’il serait mort écrasé par sa bibliothèque, en allant y prendre un volume du Talmud. Ce dimanche consacré à cet artiste est aussi une occasion de célébrer le bicentenaire de la création du Consistoire central (1808-2008), dont Charles-Valentin Alkan fut, quelque temps, le conseiller musical.

15 h : Conférence
Par Brigitte François-Sappey, musicologue
En présence de François Luguenot, secrétaire de la Société Alkan, et d’Anne Hélène Hoog, historienne, Musée d’art et d’histoire du Judaïsme.

17 h : Concert
Pièces pour piano seul
Trois anciennes mélodies juives, pour soprano et piano
Deux chants pour choeur à quatre voix
Sonate pour violoncelle et piano en mi majeur opus 47, extrait : adagio Trio en sol mineur opus 30 pour violon, violoncelle et piano

En collaboration avec le CNR de Paris, classe de chant de Mme Fusako Kondo
Ensemble Musique Oblique :
Maria Belooussova, piano
Geneviève Laurenceau, violon
Diana Ligeti, violoncelle Direction artistique :
Rémi Lerner En partenariat avec le Consistoire central et la Société Alkan