Paul et la théologie de la substitution

mardi 13 janvier 2009, 19h30-21h00
Gustave Doré, Saint Paul dans la synagogue de Thessalonique, gravure pour le Nouveau Testament

Gustave Doré, Saint Paul dans la synagogue de Thessalonique, gravure pour le Nouveau Testament

Par Ryvon Krygier, rabbin de la communauté massorti de Paris, Adath Shalom, et le père Rafic Nahra, professeur à la faculté Notre-Dame et enseignant à l’École cathédrale

Au cœur du discours paulinien se trouve la contestation de la Loi, et donc du judaïsme, comme voie de salut. Les rabbins ont vu alors le christianisme comme une déviance fondée sur une foi étrangère, tandis que les héritiers de Paul critiquaient l’aveuglement d’Israël. Programme conçu par Laurence Sigal, directrice du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, en concertation avec le Collège des Bernardins, l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales) et l’IESR (Institut européen en sciences des religions).