Moïse dans la Bible et la pensée juive

dimanche 18 octobre 2015, 15h00-16h30
Moïse fragilede Jean-Christophe Attias © DR

Moïse fragile
de Jean-Christophe Attias © DR

Par Jean-Christophe Attias, École pratique des hautes études, auteur de Moïse fragile (Alma éditeur, prix Goncourt de la biographie 2015)

Moïse est de ces figures bibliques majeures qui ont transcendé les frontières religieuses. Il y a un Moïse chrétien et un Moïse musulman. Il y a même un Moïse des laïcs qui ont pu voir en lui un modèle d’émancipateur. Dans le judaïsme, sa place est à la fois centrale et marginale. La tradition extra- et postbiblique en a maintes fois redessiné la silhouette, tantôt précisant, tantôt brouillant l’idée que nous pourrions en avoir. Incarnation par excellence du Juif de l’Exil, mais n’ayant jamais cessé de rêver d’une Terre qu’il ne foulera pas, tiraillé entre les colères de son Dieu et les infidélités de son peuple, transmetteur d’une Loi divine qui, en dernier recours, lui échappe, Moïse est dans le judaïsme à la fois beaucoup plus et beaucoup moins qu’un père : un maître. Tantôt exalté, tantôt minoré. Nous dominant de sa haute stature. Et pourtant proche de nous, fragile comme nous. Humain, donc, avant tout.