Littératures du Golem

dimanche 11 juin 2017, 15h00-16h30
Handicap visuel
Handicap moteur
Découpage de Maurice Pommier

Découpage de Maurice Pommier

Table ronde suivie de dédicaces

Tarifs et réservation 

6 € - 4 € Amis
Conférence + table ronde  : 8 € - 6 € Amis
Réservation
par mél : auditorium@mahj.org
ou par téléphone au 01 53 01 86 48
du lundi au vendredi de 14 h 30 à 17 h

Lieu 

Auditorium

À travers la musique, la littérature ou le cinéma, le programme de l'Auditorium offre un prolongement des domaines abordés dans le musée et les expositions.

Avec la participation de Pierre Assouline, Golem (Gallimard, 2016) ; Laurent Gaudé, « Je finirai à terre », nouvelle publiée dans Les Oliviers du Négus (Actes Sud, 2011) ; Xavier Josset et Maurice Pommier, L’histoire du Golem (La Mandarine, 2015) ; Marie-Aude, Elvire et Lorris Murail, Golem : l’intégrale (Pocket Jeunesse, 2015) 

Table ronde modérée par Corinne Bensimon, journaliste

Suivie d’une dédicace pour enfants, adolescents et adultes à la librairie en présence des auteurs et des dessinateurs, qui s’inscrit dans la promenade contée en famille Le Golem au fil des pages


Plus d'infos sur quelques ouvrages


Golem de Pierre Assouline (Gallimard, 2016)

Entretien réalisé pour les éditions Gallimard avec Pierre Assouline à l’occasion de la parution de Golem

Toute bascule pour lui le jour où votre héros, Gustave Meyer, découvre que son cerveau a été modifié à son insu, le transformant en Golem…
(…)Je me suis emparé de cette vieille légende pour en tirer une histoire très contemporaine, un peu futuriste même, où se mêlent des préoccupations médicales, éthiques, philosophiques, liées à l’humanisme, au posthumanisme et aux théories avant-gardistes du transhumanisme.

À la différence du Golem, être inachevé, Gustave Meyer est en quelque sorte « sur-achevé »…
Oui, le transhumanisme préconise l’homme augmenté, c’est-à-dire dont le corps est modifié de manière scientifique avec des technologies de pointe pour améliorer ses capacités physiques et mentales. On « golemise » quelqu’un que l’on juge inachevé, et une fois « golemisé », il devient sur-achevé. L’homme augmenté, c’est en quelque sorte l’anti-Golem.



Je finirai à terre de Laurent Gaudé  (dans Les Oliviers du Négus, Actes Sud, 2011)

En 1914, dans le petit village de Sombrette, le vieux Fosquin est sur le point de mourir de vieillesse. Mais la guerre éclate. Les hommes sont appelés sous les drapeaux et quittent les fermes. Les obus tombent. La terre est éventrée et d’étranges meurtres se produisent, ça-et-là, comme si un monstre rôdait. Le vieux Fosquin se lève alors, retrouvant une énergie dont on le croyait incapable, et part dans les champs pour défier ce nouvel ennemi venu du tréfonds de la terre. 


L’histoire du Golem de Xavier Josset, illustrations de Maurice Pommier (La Mandarine, 2015) Maurice Pommier vit à Evreux, où il a longtemps exercé le métier de postier. Il s'est spécialisé dans l'illustration d'architecture et le documentaire. Il a illustré son premier livre à près de 40 ans, avec "Chasseurs de baleines", chez Gallimard, en 1986.


Golem : l’intégrale de Marie-Aude, Elvire et Loriss Murail (Pocket jeunesse 2003)"Réinventant à l'ère d'Internet le mythe juif du Golem, créature faite de main d'homme qui échappe à son démiurge, la fratrie Murail entraîne ses lecteurs dans une aventure mi-policière, mi-fantastique. La dure réalité scolaire d'une ZEP y côtoie l'univers impitoyable d'une mystérieuse multinationale qui cherche à étendre son emprise sur les consommateurs par tous les moyens. On a peur et l'instant d'après on rit aux larmes. Il n'y a pas de personnage secondaire car chacun impose sa vérité, dans un admirable échange entre réel et virtuel, sur fond de jeu vidéo. Enfants et adultes s'affrontent ou s'épaulent en une mixité inédite, dans un monde où l'âge n'est plus l'indice certain de la maturité : c'est pourquoi Golem, authentique roman populaire, est aussi une histoire pour tous."