La force du nom

dimanche 18 octobre 2009, 10h00-19h00

«Après les colloques Shmattès (2004) et Panim (2006), du fil de soi au visage de l’exil, nous aimerions interroger la question du nom. Les noms comme les visages nous identifient, ils portent l’histoire des ancêtres et se (trans)portent de génération en génération : transmission du patronyme, du nom dit « de famille ».

Leur nom, ils l’ont changé / Un nom taillé sur mesure
Colloque sonore, visuel, parlé sous la direction de Cyril Aslanov, Céline Masson et Michel Gad Wolkowicz.

Avec la participation de Fabienne Ankaoua, psychanalyste, metteur en scène ; Cyril Aslanov, professeur de linguistique, directeur de l’Institut des humanités générales de l’Université hébraïque de Jérusalem ; Alexander Beider, linguiste, auteur de plusieurs dictionnaires sur les noms ashkénazes ; Abram Coen, psychanalyste, psychiatre honoraire des hôpitaux ; Alain Didier-Weill, psychanalyste, dramaturge ; Raphaël Draï, juriste, professeur de sciences politiques, université d’Aix-Marseille III ; Natalie Felzenszwalbe, avocate, Paris ; Éric Ghozlan, psychanalyste, directeur du Pôle enfance de l’OSE ; Danièle Hoffman-Rispal, vice-présidente de l’Assemblée nationale ; Francine Kaufmann, professeur de traductologie, université Bar Ilan ; Nicole Lapierre, sociologue, directrice de recherche au CNRS ; Éric Marty, professeur de littérature contemporaine, université Paris-Diderot ; Céline Masson, psychanalyste, maître de conférences à l’université Paris-Diderot ; Gilles Rozier, écrivain, directeur de la Maison de la Culture yiddish - bibliothèque Medem ; Jacinta Szlechtman, chanteuse, auteur-compositeur, Paris ; Hélène Trivouss-Widlöcher, psychanalyste, membre de l’Association psychanalytique de France ; Stéphane Valensi, comédien ; Alain Vanier, psychanalyste, professeur à l’université Paris-Diderot ; Meïr Waintrater, directeur de la revue L’Arche ; Daniel Widlöcher,  psychiatre-psychanalyste, membre de l’Association psychanalytique de France, président sortant de l’Association internationale de psychanalyse, professeur émérite, Paris 6 ; Michel Gad Wolkowicz, psychanalyste, membre de l’Association psychanalytique de France, professeur associé de psychopathologie aux universités de Paris, Tel-Aviv, Glasgow.

Le deuxième volet du colloque aura lieu à Jérusalem les 1, 2 et 3 novembre 2009, à l’Université hébraïque.

«Comme nous dit la petite histoire (juive), les noms nous collent à la peau et, à vouloir s’en séparer, ils vous reviennent comme des signifiants porteurs de l’origine. À faire la route (de l’exil), nombreux sont ceux qui ont changé un « nom à coucher dehors », car ce nom, parfois difficilement prononçable, les identifiait comme venant d’ailleurs, risquait de freiner leur intégration et leur promotion sociale. Avec l’espoir que franciser son nom pourrait éviter de nouvelles persécutions. Un nom changé est donc un nom de passe, un nom traversier, il permet de passer sans nous faire prendre. Comment les noms nous identifient-ils ? De quels lieux sont-ils porteurs ? Comment nous approprions-nous nos noms ? Comment les prononçons-nous ? De quel accent viennent-ils ?
C’est cette route de soi que nous souhaitons poursuivre, au croisement des disciplines et des lieux de passage, au plus près de ce soi-même : chacun avec sa langue et son histoire, avec tous ses noms sur soi, qu’ils soient changés ou non. »
Cyril Aslanov, Céline Masson et Michel Gad Wolkowicz.