L’histoire au service d’un État-nation depuis 1925

mardi 9 mai 2017, 19h30-21h00
Handicap visuel
Handicap moteur
Portrait du Juif errant
Jean-Charles Boulay, 1820

Don de M. et Mme Harburger

Portrait du Juif errant
Jean-Charles Boulay, 1820

Don de M. et Mme Harburger

Par Maxence Klein, doctorant EHESS-UNIL, et Jacques Ehrenfreund, université de Lausanne

Tarifs et réservation 

6 € - 4 €
Réservation
par mél : auditorium@mahj.org
ou par téléphone au 01 53 01 86 48
du lundi au vendredi de 14 h 30 à 17 h 30

Lieu 

Auditorium

À travers la musique, la littérature ou le cinéma, le programme de l'Auditorium offre un prolongement des domaines abordés dans le musée et les expositions.

La fondation en 1925 de l'Université Hébraïque de Jérusalem ouvre à un nouveau paradigme dans l’historiographie. Devenue un centre majeur pour les études juives (avec Gershom Scholem, Yitzhak Baer, Yosef Klausner ou Yehezkel Kaufmann ), elle a été le lieu d'une relecture sioniste de l'histoire des Juifs. 

Maxence Klein

Doctorant en co-tutelle à l'EHESS et à l'UNIL. Ses travaux de recherches, co-dirigés par Sylvie Anne Goldberg et Jacques Ehrenfreund, portent sur le sionisme de langue allemande du début du XXe siècle jusqu'aux années 1930. Plus particulièrement, sa thèse traite des années de formation intellectuelle du jeune Gershom Scholem, de son adolescence berlinoise durant la Première Guerre mondiale jusqu'à son arrivée en Palestine dans les années 1920.

Jacques Ehrenfreund

Professeur à l’université de Lausanne où il est titulaire de la Chaire d’histoire des juifs et du judaïsme. Il s’intéresse à la question de la construction des groupes et des identités sociales à l’ère de la nationalisation des sociétés européennes et au rôle rempli par les héritages religieux dans ce cadre. Il travaille sur les modalités plurielles de sécularisation du judaïsme, en les mettant en perspective avec celles opérant dans la gestion d’autres héritages. Le judaïsme de langue allemande, véritable laboratoire des modes de penser le judaïsme dans la modernité, a constitué le centre de ses travaux. C’est à travers cet angle qu’il s’intéresse plus largement à la question de l’interaction entre le politique et le religieux.

Bibliographie

Circoncision. Actualités d’une pratique immémoriale. Herman 2017. 

Les marianistes. De la religiosité cachée à la société ouverte. Démolis 2014. 

Religieux, société civile, politique. Enjeux et débats historiques et contemporains. Antipodes 2012. 

Mémoire juive et nationalité allemande. Les juifs berlinois à la Belle époque. Presses Universitaires de France 2000.