Revenir en haut de la page

L'agenda du mahJ

Image
Raphaël Denis, Fonds Paul Rosenberg : les années parisiennes
Accrochage

Raphaël Denis. Fonds Rosenberg, les années parisiennes

jusqu'au 1er décembre 2024

L’installation au mahJ de Raphaël Denis est une réappropriation mémorielle du fonds du marchand d’art Paul Rosenberg, victime des spoliations nazies. L'artiste-chercheur explore la question des spoliations d’œuvres d’art survenues en France pendant la Seconde Guerre Mondiale depuis presque une dizaine d’années, à travers un ensemble d’installations nommées de Loi normale des erreurs.

Image
Chana rue d'Assas avec son fils
Accrochage

« L’enfant Didi », itinéraire d’une œuvre spoliée de Chana Orloff, 1921-2023

Du 19 novembre 2023 au 29 septembre 2024

Le 26 janvier 2023, la sculpture de « L’enfant Didi », le fils de Chana Orloff, faisait son retour dans l’atelier de l’artiste, après une absence de près de 80 ans. Volée le 4 mars 1943 – avec l’ensemble du contenu de l’atelier-logement et cent-quarante autres sculptures –, l’œuvre est ensuite passée de main en main jusqu’à sa réapparition à New York en 2008 et sa restitution à la famille en 2022.

Image
André Steiner, Arabesque aérienne
Exposition

André Steiner. Le corps entre désir et dépassement

Du 16 mai au 22 septembre 2024

Dans le cadre de l'Olympiade culturelle, le mahJ consacre une exposition au photographe d'origine hongroise André Steiner, pionnier de la Nouvelle Vision, qui exprima son talent en fixant des corps athlétiques et en mouvement dans le Paris des années 1930.

Image
Visite au mahJ
Visite guidée

« Discover the mahJ »

-
-

Par Elisa Boularand ou Stephanie Nadalo, guides anglophones.  

Rejoignez-nous pour une visite guidée en anglais destinée aux enfants, adolescents et adultes.

La visite guidée est une occasion unique de découvrir l'histoire des juifs en France et la collection exceptionnelle du mahJ.

Image
Photo colorisée d'Hanna Rovina dans le rôle de Léa prise lors d'une représentation du Dibbouk à Berlin, 1926
Exposition

Le Dibbouk. Fantôme du monde disparu

Du 26 septembre 2024 au 26 janvier 2025

Dans la culture populaire juive, un dibbouk désigne une âme errante qui prend possession d’un vivant, selon une croyance qui s’est développée en Europe orientale à partir du XVIIIe siècle. Le dibbouk fait partie des créatures surnaturelles qui ont dépassé le domaine de la superstition, pour devenir un thème inspirant les artistes d'hier et d'aujourd'hui. Le mahJ lui consacre une foisonnante exposition, mêlant théâtre, cinéma, musique, littérature, et culture populaire.

Prochainement