Jean Besancenot, Jeunes filles juives d’Erfoud , Maroc, années 1930

Juifs du Maroc, 1934-1937 Photographies de Jean Besancenot

du mardi 30 juin 2020 jusqu'au dimanche 2 mai 2021

Datant des années 1934-1937, les photographies de Jean Besancenot offrent un témoignage exceptionnel sur les communautés juives rurales du Maroc, aujourd’hui disparues.

Né Jean Girard, Jean Besancenot (1902-1992) fréquente l’École des arts décoratifs à Paris, entame une carrière de peintre et étudie les costumes régionaux français. À l’occasion d’un voyage d’études au Maroc, en 1934, il se met à la photographie en s’intéressant aux vêtements traditionnels. Grâce à une aide du ministère des Affaires étrangères, il y séjourne en 1935 et 1936, photographie les hommes et femmes des différentes communautés et documente avec soin leurs costumes de cérémonie.
 

Parallèlement à ses photographies, Besancenot filme, dessine et prend de nombreuses notes, qui l’introduisent dans le milieu, alors très actif, de l’ethnologie française. En 1937, son travail est exposé au musée de la France d’outre-mer, dans le palais de la porte Dorée inauguré en 1931 lors de l’Exposition coloniale. Il y présente des photographies, un choix de peintures, ainsi que quelques costumes et bijoux. Il collabore aussi avec le musée de l’Homme, auquel il offre cinq cent cinquante clichés documentés, ainsi que des vêtements. En 1942, il publie Costumes et types du Maroc, un ouvrage reproduisant ses dessins rehaussés à l’aquarelle qui reste une référence essentielle sur le vêtement traditionnel marocain.
 

Jean Besancenot explore en particulier les régions les plus méridionales du pays, peu touchées par l’occidentalisation, où vivent, mêlées aux populations berbères, des communautés juives présentes parfois depuis l’Antiquité. Réalisées pendant la période du protectorat français, ses images reflètent une grande proximité avec ses modèles, lui permettant de mêler enjeux esthétiques et exigence scientifique. Son œuvre documente de manière irremplaçable la culture juive au Maroc, et en particulier les costumes et les parures féminines, dont le répertoire est parfois commun avec celui des femmes musulmanes.
 

L’exposition réunit de nombreux tirages originaux réalisés par Besancenot lui-même, provenant de collections publiques et privées, et présente, sous la forme d’un audiovisuel, un large choix d’images issues du riche fonds de ses négatifs originaux. 

Commissaires

Hannah Assouline et Dominique Carré

Coordination

Nicolas Feuillie, mahJ

Partenaires

Avec le concours du musée du quai Branly – Jacques Chirac, de l’Institut du monde arabe et du musée berbère, fondation Majorelle, Marrakech

 

Film présenté dans l'exposition "Comment j'ai retrouvé la photo de mon père"

Lorsqu'elle rencontre en 1984 le photographe Jean Besancenot (1902-1992), Hannah Assouline tombe par hasard sur un portrait de son père, le rabbin Messaoud Assouline, photographié par Besancenot lorsqu'il était enfant dans l'oasis d'Erfoud, au Maroc. Aujourd'hui co-commissaire de l'exposition « Juifs du Maroc, 1934-1937 », elle raconte l'histoire de cette image oubliée et de sa réappropriation par son père, né à Tinghir en 1920, élève du rabbin Baba Salé, qui devint à son arrivée en France rabbin de la rue du Bourg Tibourg (Paris 4e)...

Autour de l'événement

Voir tout

Georges Jeanclos (Paris, 1933 - Paris, 1997), Les colonnes de Guerry, détail du chapiteau, France, 1994

 
Accrochage

du jeudi 17 octobre 2019 jusqu'au dimanche 31 janvier 2021

Michel Kikoïne, Portrait de Claire, 1928
Accrochage
du samedi 6 juin 2020 jusqu'au dimanche 31 janvier 2021
Partager 
Emplacement 

Exposition temporaire

Foyers de l'auditorium

Réservation et tarif 

Gratuit sans réservation, dans la limite des places disponibles

Découvrez les costumes traditionnels et objets de la vie quotidienne des juifs du maghreb dans notre collection permanente grâce au billet jumelé.

Handicap moteur