Geneviève Brisac

jeudi 23 février 2017, 19h30-21h00
Handicap visuel
Handicap moteur
Geneviève Brisac

Geneviève Brisac

À l’occasion de la parution de son roman Vie de ma voisine (Grasset, 2017)
En dialogue avec Muriel Flis-Trèves, psychiatre et psychanalyste

Tarifs et réservation 

6 € - 4 €

Gratuit pour les Amis du mahJ
Réservation
par mél : auditorium@mahj.org
ou par téléphone au 01 53 01 86 48
du lundi au vendredi de 14 h 30 à 17 h 30

Lieu 

Auditorium

À travers la musique, la littérature ou le cinéma, le programme de l'Auditorium offre un prolongement des domaines abordés dans le musée et les expositions.

Ça commence comme une nouvelle d’Alice Munro : lors d’un déménagement, une romancière est abordée par sa voisine du dessus qui l’a reconnue, et l’invite chez elle pour parler de Charlotte Delbo. Ça continue comme un récit d’Isaac Babel. Car les parents de Jenny, la voisine née en 1925, étaient des Juifs polonais membres du Bund, immigrés en France un an avant sa naissance. Mais c’est bien un livre de Geneviève Brisac, un « roman vrai » en forme de traversée du siècle : la vie à Paris dans les années 30, la Révolution trahie à Moscou, l’Occupation – Jenny et son frère livrés à eux-mêmes après la Rafle du Vel' d’Hiv, la déportation des parents, la peur, la faim, les humiliations, et l’histoire d’ une merveilleuse amitié… Le roman d’apprentissage d’une jeune institutrice douée d’une indomptable vitalité, que ni les deuils ni les tragédies ne parviendront à affaiblir. Ça se termine à Moscou en 1992, dans la salle du tribunal où Staline fit condamner à mort les chefs de la révolution d’Octobre, par la rencontre improbable mais réelle entre des « zeks » rescapés du Goulag et une délégation de survivants des camps nazis. A l’écoute de Jenny, Geneviève Brisac rend justice aux héros de notre temps, à celles et ceux qui, dans l’ombre, ont su garder vivant le goût de la fraternité et de l’utopie.

Geneviève Brisac est née à Paris. Elle a été responsable d’une revue destinée aux bibliothécaires, critique au Monde des Livres, éditrice chez Gallimard et à l’Ecole des Loisirs. Son premier roman, Les Filles, est paru en 1987 chez Gallimard. Week-end de chasse à la mère a obtenu le prix Fémina en 1996. Elle est également l’auteur de deux essais, dont La Marche du Cavalier, consacré aux femmes et à la création littéraire, et VW, un essai sur Virginia Woolf écrit avec Agnès Desarthe. Une année avec mon père a obtenu le prix des éditeurs. Au total, une quarantaine de livres dont le dernier, Dans les yeux des autres, est paru en 2014 aux Éditions de l’Olivier.