Génération balagan Archéologie du désordre La troisième génération après la Shoah

dimanche 10 avril 2016, 09h45-18h30
Handicap moteur

Colloque organisé par Céline Masson, professeure des universités, psychanalyste, avec l’université Picardie Jules Verne, l’université Paris Diderot, l’International Center for the University Teaching of Jewish Civilization, l’Université hébraïque de Jérusalem, l’OSE (Œuvre de Secours aux Enfants) et le musée d’art et d’histoire du Judaïsme

Tarifs et réservation 

Gratuit, réservation indispensable
Réserver pour cette activité
par téléphone au 01 53 01 86 48
du lundi au vendredi
de 14 h 30 à 17 h 30

Lieu 

Auditorium

À travers la musique, la littérature ou le cinéma, le programme de l'Auditorium offre un prolongement des domaines abordés dans le musée et les expositions.

Interventions musicales coordonnées par Jacinta. Un dialogue chanté sur la transmission mères-filles en yiddish et judéo-espagnol à partir de chants.
Mères : Talila, Jacinta
Filles : Eleonore Biezunski, Muriel Hirschmann
Musiciens : Teddy Lasry, piano ; Charles Rappoport, violon ; Marine Goldwaser, clarinette, flûtes ; Piotr Odrekhivskyy, accordéon.

Portraits filmés réalisés par Céline Masson (Images : Audrey Gordon, montage : Fragan Mutzel, produit par Jean-Claude Baumerder, Filmica production)

Qu’en est-il de ce désordre intérieur (balagan) dans les familles juives pour la troisième génération après la Shoah ? Comment transforme-t-elle le traumatisme reçu en héritage, les récits amputés, les silences, les non-dits ? Comment ces jeunes vivent-ils avec leurs noms parfois francisés, les langues perdues, le « devoir de mémoire » ? Quelle sera leur transmission à une quatrième génération, qui ne connaîtra pas de témoins  ? En somme, quelle est l’identité juive de ces jeunes aujourd’hui ?

Après les colloques « Shmattès » (2004), « La force du nom » (2009) ou encore « L'accent, traces de l'exil » (2013), c’est autour du mot-frontière balagan que seront proposées des approches pluridisciplinaires pour tenter d’éclairer les problématiques posées par cette troisième génération. Philosophes, linguistes, rabbin, psychanalystes, anthropologues, artistes, toutes générations confondues, dialogueront lors de ce colloque parlé, chanté, joué.

PROGRAMME

9 h 45
Accueil

10 h 00
Ouverture par Céline Masson et Patricia Sitruk, directrice de l'Œuvre de Secours aux Enfants
« Pourquoi Balagan ? »

10 h 15
Portrait filmé 1
Mini Opéra pour Avram par Miléna Kartowski-Aïach
Le regard de Jean-Pierre Winter, psychanalyste

10 h 45
Claude Maillard, psychanalyste, écrivain
« Suite à blanc, Balagan »

11 h 00
Strate 1 : Balagan dans les familles. Quelles transmissions de la première à la troisième génération après la Shoah ?
Fouilles 1 menées par Xavier Gassmann, psychanalyste, enseignant à l’université Paris Diderot

Régine Waintrater, psychanalyste, thérapeute familial, maître de conférences à l’université Paris Diderot « Tout est trop calme : 4 h 51 du matin »

Nathalie Skowronek, écrivain
« Singulier comme tout le monde, mais pas tout à fait »

Delphine Horvilleur, rabbin, mouvement juif libéral de France
« Conversation (ininterrompue) avec ceux dont la vie s'est interrompue... Ou comment la tradition juive pense le dialogue entre les générations, même (et surtout) après la catastrophe »

Ouriel Rosenblum, psychanalyste, thérapeute familial, professeur à l’université Paris Diderot
« Le savoir juif »

12 h 00
Portrait filmé 2
Le regard de Jean-Pierre Winter, psychanalyste

12 h 30
Intervention musicale 1
Jacinta, Talila, Muriel Hirschmann, Eléonore Biezunski et leurs musiciens

12 h 50 : pause

14 h 00
Strate 2 : Balagan de langues : plurilinguisme familial
Fouilles 2 menées par Eric Ghozlan, psychanalyste, directeur pôle enfance OSE

Cyril Aslanov, professeur de linguistique ; directeur de l’Institut des humanités générales de l'université hébraïque de Jérusalem 
« Le chaos linguistique résultant d'un plurilinguisme familial ou ethnique »
(sous réserve)

Béatrice Gonzalés-Vangell, enseignant-chercheur, département d’allemand, université de Montpellier
« "Die sind alle meschugge!" Incursions du yiddish et d'autres langues dans la littérature contemporaine germanophone »

Michèle Tauber, maître de conférences HDR en littérature israélienne contemporaine à l’Université Sorbonne Nouvelle avec Miléna Kartowski-Aïach, doctorante en anthropologie.
« L’arabe ou l’hébreu. Être ou ne pas être. Le parcours des Juifs mizrahim (orientaux) en Israël »

15 h 00
Portrait filmé 3
Le regard de Jean-Pierre Winter, psychanalyste

15 h 15
Intervention musicale 2
Jacinta, Talila, Muriel Hirschmann, Eléonore Biezunski et leurs musiciens

15 h 45 : Pause

16 h 00
Strate 3 : Balagan de lieux. Déplacements, exil intérieur et géographique. Israël-Berlin, France-Israël etc...
Fouilles 3 menées par Silke Schauder, psychologue clinicienne, professeure à l’Université Picardie Jules Verne

Dominique Frischer, Psychosociologue
« La Shoah en partage : trois générations, trois pays, France, Etats-Unis, Israël »

Francine Kaufmann, professeure à l’université Bar-Ilan, Israël, département de traductologie, traduction et interprétation
« La troisième génération et la mémoire de la Shoah chez les 'Haredim (ultra-orthodoxes) en Israël »

Sophie Zimmer, membre post-doctorante du Centre interdisciplinaire de recherches centre-europeéennes (CIRCE), université Paris IV
« La troisième génération d'Israéliens à Berlin: entre histoires et Histoire »

Fabienne Ankaoua, psychanalyste, dramaturge
« L’année prochaine à Jérusalem. Une danse des fantômes »

17 h 15
Portrait filmé 4
Le regard de Jean-Pierre Winter, psychanalyste

17 h 45
Claude Maillard, psychanalyste, écrivain
Conclusion/ouverture : « Le public »

17 h 50
Intervention musicale 3
Jacinta, Talila, Muriel Hirschmann, Eléonore Biezunski et leurs musiciens

18 h 30
Clôture


Voir le colloque sur Akadem