Felix-Nussbaum-affiche.jpg

Felix Nussbaum
Autoportrait dans le camp (détail)
1940, New York, Neue Galerie
Affiche de l'exposition
copy; ADAGP, Paris 2010

Felix Nussbaum 1904–1944

22 septembre 2010 - 23 janvier 2011

Qui est Felix Nussbaum ? Son œuvre a été redécouverte tardivement. On le connaît mal en France. Sa peinture n’y a jamais été montrée.

Le MAHJ présente, du 22 septembre 2010 au 23 janvier 2011, la première rétrospective importante de son œuvre organisée en France.

Felix Nussbaum est un peintre moderne allemand, formé au temps de la « Nouvelle Objectivité » et au contact des avant-gardes européennes des premières décennies du XXe siècle, notamment la pittura metafisica italienne, le surréalisme international, références qui l’unissent à quelques-uns de ses contemporains : Max Beckmann, Otto Dix, ou John Heartfield.

Mais, avant tout, il incarne de façon saisissante le parcours d’un artiste que sa condition de juif persécuté ne laissera jamais en repos. Ce bourgeois juif allemand, d’une famille honorable, au talent soutenu par son père et reconnu par ses pairs, espoir de la jeune peinture, se retrouve, un jour de 1933, mis au ban de l’Académie, jeté sur les routes, sans retour. De critique de la bourgeoisie et de l’ordre établi, il devient le guetteur inquiet de la menace qui rôde. Il la rencontre désormais sous les traits de la révocation, de l’exil, de la guerre, de l’internement et de la clandestinité : les nouvelles dramatiques forment les étapes d’un processus dont l’issue ne fait pas de doute. Né en 1904, Felix Nussbaum étudie les arts décoratifs à Hambourg, puis les Beaux-Arts à Berlin ; lauréat de l’Académie allemande à Rome, il est pensionnaire à la Villa Massimo en 1932. L’arrivée d’Hitler au pouvoir le pousse sur le chemin d’un exil qui, après l’Italie, la Suisse et la France, le conduit à Ostende, en Belgique. Arrêté après la défaite de ce pays, le 10 mai 1940, en tant que ressortissant du Reich, il est interné au camp de Saint-Cyprien dans le sud de la France. Évadé, fugitif, il retourne à Bruxelles, où il demeure caché, avec son épouse Felka Platek, une artiste juive polonaise. Il est finalement déporté avec elle à Auschwitz, le 31 juillet 1944, et assassiné.

Son œuvre témoigne des influences qu’il revendique : le Douanier Rousseau, Van Gogh, Beckmann, Ensor, Chirico ; son goût pour l’autoportrait, d’une part, et ses allégories de la Mort, d’autre part, le rattachent aux maîtres anciens flamands et allemands. L’exil et le danger le précipiteront dans une peinture existentialiste sur la condition du juif pourchassé, auquel il donnera une expression fascinante. Portraits et surtout autoportraits scandent l’œuvre du peintre, évoquant ses interrogations, en tant qu’homme, fils, artiste, amant et proscrit ; Nussbaum use de symboles qui questionnent le pouvoir de l’art, et le rôle des modèles et des réalités auxquels il s’attache. Sa peinture forme à la fois une traversée de l’histoire de l’art ; une trame narrative et autobiographique, qui atteste d’un esprit d’une grande complexité ; et une fresque métaphysique d’une inquiétante étrangeté, qui décrit un monde conduit à sa destruction par la main de l’homme.

Les œuvres les plus importantes et les plus spectaculaires de Felix Nussbaum seront présentées pour la première fois en France ; la plupart d’entre elles sont conservées dans un musée que lui a consacré sa ville natale, Osnabrück, en Basse-Saxe, accomplissant ainsi sa volonté : « Si je meurs, ne laissez pas mes peintures me suivre, mais montrez-les aux hommes ! »

Le musée poursuit ainsi une série d’expositions consacrées à des artistes persécutés et assassinés lors de la Shoah, Friedl Dicker-Brandeis, Bruno Schulz, Charlotte Salomon, ou à des artistes rescapés et marqués à jamais par cette expérience, Isaac Celnikier ou Serge Lask.

Avec la participation exceptionnelle de la Felix-Nussbaum-Haus d’Osnabrück et un prêt d'œuvres de la Niedersächsiche Sparkassenstiftung. Avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, de la Fondation Pro-MAHJ, de la Fondation du Judaïsme Français, de la direction régionale des Affaires culturelles d’Île-de-France et de donateurs privés.

Commissaires : Nathalie Hazan-Brunet et Laurence Sigal, assistées de Virginie Michel Conseiller scientifique : Philippe Dagen de l’exposition Felix Nussbaum

Voir aussi

Voir tout

Amedeo Modigliani, Portrait de Dédie, 1918, Paris, Centre Pompidou, Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle, donation de M. et Mme André Lefèvre en 1952
Exposition

du jeudi 17 juin 2021 jusqu'au dimanche 31 octobre 2021

Plaque de verre, 20e siècle, Vue de 14 photos d'identité (type "photomaton") épinglées au mur 
Exposition

du mercredi 19 mai jusqu'au dimanche 10 octobre 2021

Élèves travaillant sur la maquette de la synagogue de Piaski dans l’atelier de menuiserie d’une école de l’ORT en Afrique du Nord, Casablanca ou Tunis, 1957-1958. Épreuve argentique

mahJ, archives du musée d’Art juif
Exposition
du mercredi 19 mai 2021 jusqu'au dimanche 30 janvier 2022
Partager