Citoyennetés dans la modernité

mardi 21 mai 2013, 19h30-21h00
La Déclaration des Droits de l'Homme

La Déclaration des Droits de l'Homme

Par Dominique Schnapper, directrice d’études à l’EHESS, présidente du Mahj

La modernité politique, en séparant l’ordre religieux ou ethnique de l’ordre civique, a constitué une épreuve pour toutes les affiliations qui préexistaient à la naissance de la société démocratique. Comment les citoyens peuvent-ils conjuguer des références à une croyance, à une culture ou à une histoire particulière, tout en participant pleinement à la citoyenneté de leur nation ?

Ce problème s’est posé de manière particulièrement intense pour les juifs parce que le judaïsme désignait un peuple défini par une croyance métaphysique, l’Alliance ou l’Election, et par une histoire spécifique, celle du peuple juif organisé en communauté politique. Les communautés juives avaient alors une définition tout à la fois religieuse et politique ou nationale. Etre juif, c’était en même temps adopter des conduites religieuses et respecter l’autorité juridique et politique des chefs de la communauté. Au fur et à mesure que la citoyenneté s’imposait comme mode d’organisation des sociétés, les juifs ont adopté des solutions diverses selon les traditions nationales et les périodes historiques pour concilier fidélité particulière et loyauté à l’égard de leur nation. On évoquera des exemples de cette conciliation, en France et ailleurs, en s’interrogeant sur le passé et aussi sur le présent.