Bernice Eisenstein

dimanche 25 mars 2007, 16h00-17h30
© Bernice Eisenstein

© Bernice Eisenstein

À l’occasion de la sortie de l’ouvrage de Bernice Eisenstein J’étais un enfant de survivants de l’Holocauste, traduit de l’anglais par Esther Ménévis, aux éditions Albin Michel

Les parents de Bernice Eisenstein, Juifs polonais, se sont rencontrés au camp d’Auschwitz et mariés peu après la Libération, avant d’émigrer au Canada. En 1961, à 11 ans, Bernice suit avec passion à la radio le procès Eichmann, épluche la presse et lit en bibliothèque tout ce qui se rapporte à ce sujet : elle se découvre “droguée à l’Holocauste”. Mais c’est seulement après la mort de son père, bien des années plus tard, qu’elle commence, d’abord à travers des dessins, puis avec des mots, à tenter d’explorer son histoire familiale, cette “mémoire” qui fonde son identité et qui pourtant n’est pas directement la sienne, mais celle de ses parents, de ses grands-parents, des relations de la famille. Souvent comparé au Maus de Art Spiegelman, son livre est illustré par ses propres dessins qui rendent hommage très explicitement à Charlotte Salomon et à Bruno Schulz, entre autres. L’ouvrage a rencontré un vif succès dans les pays de langue anglaise.