Revenir en haut de la page
Image

André Steiner, Lisa Fonssagrives dansant dans un champ, vers 1935 © Martine Husson

André Steiner. Le corps entre désir et dépassement

Du 16 mai au 22 septembre 2024

Dans le cadre de l'Olympiade culturelle, le mahJ consacre une exposition consacrée au photographe hongrois André Steiner, pionnier de la « Nouvelle Vision », qui exprima son talent en fixant des corps athlétiques et en mouvement dans le Paris des années 1930.

Arrivé à la photographie par passion pour sa jeune fiancée et pour le sport dont il était adepte, André Steiner a exprimé son talent en fixant des corps nus et en mouvement dans le Paris de l’entre-deux-guerres.

Né en Hongrie en 1901, il est l’un des tous premiers utilisateurs d’un Leica en 1924, qui lui a été confié dans le cadre de sa formation scientifique à la prestigieuse Technische Universität de Vienne. Il réalise alors une série de nus de Léa Sasson, dite Lily, sa future épouse. En 1928, il quitte Vienne pour Paris en raison de la montée de l’antisémitisme en Autriche.

Délaissant son travail d’ingénieur du son, André Steiner choisit de se consacrer entièrement à la photographie, explorant largement ses possibilités. Il ouvre un studio et multiplie les collaborations avec la presse. Son expérimentation moderne du médium fait de lui l’un des tenants de l’esthétique de la « Nouvelle Vision » germanique, qu’il contribue à diffuser en France.

Champion de décathlon aux Jeux mondiaux universitaires (Universiades) de 1928, entraîneur de natation à Vienne au club sportif juif de l’Hakoah (« La force » en hébreu), André Steiner se consacre à Paris à la photographie sportive, encore peu explorée. Il devient un spécialiste du corps en mouvement et du nu. Adepte de l’idéal communiste – il prend part en 1919 à l’éphémère République des conseils de Hongrie – il considère le corps photographié comme un manifeste autant individuel que social. Dans les années 1930, cette conception morale du corps est partagée par VU, pour lequel André Steiner réalise des clichés sur le sport et la danse, contribuant à forger le style singulier du magazine.

En 1939, le photographe s’engage dans l’armée de l’air française. Démobilisé en 1940, menacé en tant que juif et étranger, il quitte Paris pour le Midi, puis intègre la Résistance. Après la guerre, André Steiner obtient la nationalité française. De retour dans la capitale, il se spécialise dans la photographie appliquée à la technique et à la science. Il décède à Paris en 1978.

Présentée dans le cadre de l’Olympiade Culturelle, cette exposition est rendue possible par des prêts exceptionnels du musée Nicéphore Niépce de Chalon-sur-Saône et du Musée national d’art moderne – centre Pompidou.



 

Commissaire : François Cheval avec Nicolas Feuillie (mahJ)

Image
Olympiade culturelle

Cette exposition bénéficie d’un prêt exceptionnel du Centre Pompidou et du musée Nicéphore Niépce

Image
Centre Pompidou logo
Image
Logo musée Nicéphore Niépce

En partenariat avec Les Douches la Galerie et le Centre culturel hongrois

Image
https://www.lesdoucheslagalerie.com/
Image
Centre culturel hongrois

#ExpoSteiner

2024-05-16T01:00:00
Partager

Emplacement

Foyer de l'auditorium

Lieu, réservation et tarifs

▷ Tarif plein : 10 €
▷ Tarif réduit : 7 € (18-25 ans non résidents européens, familles nombreuses) 
▷ Gratuit pour les Amis du mahJ, les moins 18 ans. les 18-25 ans résidents UE. Voir les autres gratuités

Gratuit pour tous le premier samedi du mois, d'octobre à juin.
 

Réservation

Réservation à l'avance fortement conseillée, y compris pour les gratuités.

> Billetterie en ligne*
> Sur place
 venez à la billetterie aux horaires d'ouverture du musée
> Par téléphone* au 01 53 01 86 57 (lundi et mercredi de 10h30 à 13h)
* Paiement sécurisé par carte bancaire avec majoration des tarifs de 0,50€ par billet.

Auditif Position T-Merci de signaler à votre arrivée en billetterie que vous souhaitez bénéficier d’une boucle inductive. Elle vous sera remise contre une pièce d’identité.
Handicap moteur