Les juifs et les autres minorités dans l'Islam méditerranéen. Quatrième séance

Dernière séance du colloque "Les juifs et les autres minorités dans l'Islam méditerranéen, XIXe-XXIe siècles"

Séance présidée par Michel Abitbol, université hébraïque de Jérusalem.

Comment être peintre, tunisien et juif au tournant de l’indépendance nationale tunisienne ?

Alain Messaoudi, université de Nantes

Écritures de l’exil

Anny Dayan-Rosenman, université Paris 7

Type de manifestation 

Colloque organisé sous la direction scientifique de Bernard Haykel, Princeton University, et de Lucette Valensi, EHESS, en partenariat avec The Institute for the Transregional Study of the Contemporary Middle East (Princeton University), l’Ecole des hautes études en sciences sociales (CéSOR, IISMM, CeTOBAC) et l’Institut national des langues et civilisations orientales.

Les communautés juives, qui vécurent durant des siècles en terres d’Islam, sur un territoire s’étendant de la Perse au Maroc, des Balkans à la péninsule Arabique, ont presque toutes disparu. À partir de la fin du XIXe et au cours du XXe siècle, parfois volontairement mais le plus souvent sous la contrainte, les juifs ont quitté le monde musulman pour gagner l’Europe, l’Amérique ou Israël. Les sociétés, auxquelles ils appartenaient parfois depuis des millénaires, ont été amputées de leur présence et les juifs ont souvent disparu de la mémoire de ces pays dont la culture était la leur.

Pour dépasser les antagonismes contemporains qui obèrent la connaissance de cette histoire, ce colloque abordera les relations des juifs non seulement avec les musulmans majoritaires mais aussi avec les autres minorités : grecs orthodoxes, maronites, arméniens, coptes, ibadites, chiites, Européens en Afrique du Nord à l’époque coloniale… pour approcher au plus près la réalité de ces sociétés multiculturelles.

Des contextes aussi divers que le Yémen, la Syrie, la Turquie, le Liban la Tunisie ou l’Algérie seront abordés, touchant à des domaines tels que le droit islamique, les nationalismes arabes et le sentiment national des juifs, les solidarités intercommunautaires, les interactions culturelles, le dialogue interreligieux, la création artistique et littéraire.