Juifs du Maroc. Comment j'ai retrouvé la photo de mon père

L'histoire étonnante du rabbin Messaoud Assouline, photographié dans les années 1930 dans le Sud du Maroc alors qu'il était enfant, racontée par sa fille Hannah Assouline, commissaire de l'exposition « Juifs du Maroc ».

Programme de rattachement 
Type de manifestation 

À l'occasion de l'exposition « Juifs du Maroc, 1934-1937 Photographies de Jean Besancenot »

Lorsqu'elle rencontre en 1984 le photographe Jean Besancenot (1902-1992), Hannah Assouline tombe par hasard sur un portrait de son père, le rabbin Messaoud Assouline, photographié par Besancenot lorsqu'il était enfant dans l'oasis d'Erfoud, au Maroc.

Co-commissaire de l'exposition « Juifs du Maroc, 1934-1937 », elle raconte l'histoire de cette image oubliée et de sa réappropriation par son père, né à Tinghir en 1920, élève du rabbin Baba Salé, qui devint à son arrivée en France rabbin de la rue du Bourg Tibourg (Paris 4e).

En photographiant les juifs du Maroc entre 1934 et 1937, Jean Besancenot a immortalisé un monde aujourd’hui disparu. Prises pour la plupart dans le sud du pays, les images présentées au mahJ capturent les visages, les vêtements et la vie humble de ces communautés rurales, essentiellement berbérophones et préservées de l’occidentalisation.

Un témoignage exceptionnel qui invite à renouveler le regard porté sur les judaïcités marocaines.