Les réformateurs suisses au contact des juifs et des convertis

par Erik Alexander de Boer, Theologische Universiteit, Kampen (Pays-Bas) – VU University Amsterdam

Pourquoi nous enquérir de l’opinion des réformateurs du XVIe siècle sur les juifs ? Parce que ces opinions, bien qu’intuitives ou empreintes d’antisémitisme, ont formé la culture et la sensibilité de l’Europe vis-à-vis du peuple juif. Comment les réformateurs des cités de la  Confédération helvétique ont-ils parlé des juifs dans leurs œuvres ? Nous distinguerons entre les juifs de leur temps, les juifs christianisés qu’ont célébrés les hébraïsants, et le peuple juif de la Bible de l’Ancien et du Nouveau Testament. Jean Calvin a peut-être rencontré des juifs à  Ferrare ; c’est aussi le lieu de naissance d’Immanuel Tremmellius (Giovanni Emmanuele Tremellio, 1510-1580), juif converti qui traduisit le Catéchisme de Genève de Calvin en hébreu. Une question ouverte reste la place des Réponses aux questions et objections d’un certain Juif dans la pensée de Calvin. Quelle était la position des autres théologiens suisses vis-à-vis du peuple juif de l’histoire et du présent ?

Bibliographie

  • The Genevan School of the Prophets. The congrégations of the Company of Pastors and its Influence in 16th Century Europe, Genève, Droz, 2012
  • Jean Calvin, Congrégations et disputations, ed. Erik Alexander de Boer [Ioannis Calvini opera denuo recognita], Genève, Droz, 2014

Revenir au colloque "Juifs et protestants : cinq siècles de relations en Europe"