Juifs et protestants sous la IIIe République

Par Perrine Simon-Nahum, CNRS-ENS, La République des Savoirs

Le destin des juifs et des protestants apparaît de plus en plus étroitement lié dans la France du XIXe siècle à mesure que ces deux minorités s’établissent dans la société et s’imposent dans le débat public à la faveur du combat républicain. 1870 et l’avènement de la IIIe République pourrait ainsi marquer le point culminant de ces « affinités électives » (P. Cabanel). Et pourtant on s’interrogera sur le fait de savoir si le rapprochement politique n’a pas en réalité pour contrepartie un éloignement spirituel. On aurait ainsi une figure en chiasme qui ferait se croiser un engagement politique commun et un dialogue théologique de plus en plus heurté.

Revenir au colloque "Juifs et protestants : cinq siècles de relations en Europe"