Juifs et protestants face à la Révolution française et à l’Émancipation

par Rita Hermon-Belot, Ecole des hautes études en Sciences sociales

La solidarité de destins entre juifs et protestants dans le contexte français a déjà été soulignée, notamment par Patrick Cabanel dans Juifs et protestants – Les affinités électives XVIe-XXIesiècles (Fayard, 2004). La piste est féconde et doit être explorée plus avant, et ceci d’autant plus au regard des questions du présent et des références régulièrement faites à l’histoire dans les débats contemporains. Il nous faut préciser à la fois les similitudes et les différences dans les parcours respectifs et les interactions entre les deux groupes à travers les avancées fondatrices de la Révolution et de la période napoléonienne, avec ce caractère particulier aux juifs, qu’ils forment au cours de cette période le seul groupe non-chrétien dont la présence soit prise en compte par le monde politique comme par l’opinion.

Bibliographie

  • L’émancipation des juifs en France, Paris, PUF, Que-sais-je ?, 1999
  • L’abbé Grégoire, la politique et la vérité, Paris, Seuil, 2000
  • « Port-Royal et le peuple d’Israël » (dir.), Paris, Chroniques de Port-Royal, 2002
  • « La République ne reconnaît aucun culte » (dir. avec S. Fath), Archives de sciences sociales des religions, n° 129, janvier-mars 2005
  • Aux sources de l’idée laïque. Révolution française et pluralité religieuse, Paris, Odile Jacob, 2015

Revenir au colloque "Juifs et protestants : cinq siècles de relations en Europe"