Fonds du musée d'Art juif

Le musée d'Art juif a été créé en 1948 sous l'égide de l'ORT et a existé jusqu'en 1998, date de la création du mahJ qui lui a succedé. Le fonds du musée d'Art juif permet de retracer l'histoire de ce qui fut le premier musée d'art juif en France. 

Le musée d’art juif a été créé en 1948 sous l’égide de l’ORT, et particulièrement de Léon Frenkiel son directeur technique, grand amateur d’art juif. L’ORT, acrnonyme de l’Organisation reconstruction travail  (russe : Общество Ремесленного Труда, Obchestvo Remeslenogo Truda, "Organisation pour les métiers de l'artisanat") est le nom donné à une œuvre philanthropique lancée en 1880 à Saint-Petersbourg « pour le travail manuel, artisanal et agricole » des déshérités juifs, afin qu'ils échappent à la misère de la « zone de résidence » à laquelle ils étaient condamnés.

Le musée fut hébergé dans un appartement de la rue des Saules appartenant à l’ORT, dans le XVIIIè arrondissement, qui devait être une adresse provisoire mais faute de moyen resta son adresse pendant les cinquante ans de l’histoire de ce musée. En 1998, le musée d’art et d’histoire du Judaïsme prit la suite dans l’hôtel Saint Aignan.
1948 est une date relativement tardive dans l’histoire des musées juifs européens. Plusieurs personnalités ont appelé de leurs vœux, depuis la deuxième moitié du XIXè s., la création d’un musée juif mais celui-ci n’a pas vu le jour, peut-être parce que, dans le contexte à la fois d’assimilation et d’antisémitisme, il y avait la crainte que la mise en valeur des particularismes attise la haine contre les juifs.

La première séance de « la Commission des Archives d’art populaire juif auprès de l’ORT » a lieu le 24 février 1948. Parmi les participants autour de Léon Frenkiel, plusieurs membres de l’ORT, dont Léon Meiss, qui sera le président du MAJ ; hors de l’ORT, Marie Chabchay, qui en sera la directrice du pendant vingt-cinq ans, les artistes Mané Katz, Borvine Frenkel, Léon Indenbaum, et le critique Chil Aronson. Ainsi que l’indique le compte-rendu, l’objectif énoncé par Frenkiel est de « réunir de tels documents dans des archives (…) après la disparition complète des chefs d’œuvres de l’art populaire juif en Pologne ainsi que dans les autres pays d’Europe orientale ».

Le musée est inauguré le 9 mai 1949. Les statuts de l’association qui abrite au musée sont rédigés en août 1950. Le but de cette association est d’organiser « la gestion et le développement du musée, de faire connaître au public l’art juif, de recueillir des objets, de créer une bibliothèque, d’organiser des expositions, de faire des conférences, d’établir des archives, d’éditer, de diffuser des catalogues et des livres, d’ouvrir une section de musique ». C’est en novembre 1950 que le musée prend le nom de musée d’art juif. Le noyau de la collection est formé par la collection particulière de Léon Frenkiel, et de nombreux dons faits au musée. En 1951, les maquettes des synagogues sont réalisées par des élèves de l’ORT à partir d’une commande de Léon Frenkiel, à partir de photos et de dessins qu’il a réalisé lui-même sur place avant-guerre. Durant les cinquante ans de l’histoire du musée, 43 expositions seront réalisées. En marge des expositions, le musée organise des conférences et des visites scolaires, et participe à des expositions organisées par d’autres institutions via des prêts.Marie Chabchay part en 1975 à 80 ans, elle est remplacée par Sophie Rosenberg. Léon Meiss décède, il est remplacé par Claude-Gérard Marcus. Marcus sera à l’initiative de l’agrandissement du musée de la rue des Saules puis du projet du mahJ, qui abrite désormais les collections du musée d’art juif.

Le fonds couvre essentiellement la période d’existence du Musée d’art juif : 1948-1998.

Concernant l’histoire du musée d’art juif, il permet de retracer

  • L’intégration du MAJ au réseau des organisations juives après la guerre
  • L'histoire des musées juifs européens et leurs relations 
  • L’origine partielle de la collection initiale à travers la correspondance des premières années et des listes d’œuvres
  • Le fonctionnement du musée
  • les expositions organisées par le MAJ
  • l’histoire du prix Neuman
  • les relations au public du musée, à travers les livres d’or

De manière plus large, ce fonds, et à travers lui l’histoire du musée d’art juif, croise les deux grandes questions de l’après Seconde Guerre mondiale pour la communauté juive, celle de la sauvegarde d’un monde disparu et celle de l’exil.