Musée

Organisé en association loi de 1901, le musée d’art et d’histoire du Judaïsme a ouvert en 1998, grâce à la volonté commune de la Ville de Paris et de l’État.

Escalier d'honneur du mahJ

Le service éducation et médiation propose des activités pour enfants, seuls ou en famille, et des programmes en direction du monde scolaire (élèves du primaire et du secondaire, étudiants et enseignants).

Le service éducatif

Littérature, musique, cinéma, sciences humaines : chaque année, une centaine d'événements pour appréhender la richesse et la diversité des cultures du judaïsme.

Programme des événements à venir

© Giovanni Ricci-Novara - mahJ

A mi-chemin du parcours permanent, 20 000 ouvrages et plus de 3 000 documents audiovisuels consultables en libre accès à la bibliothèque du mahJ : un fonds sans équivalent sur l'art et les cultures du judaïsme.

Se rendre à la bibliothèque : vérifier les conditions d'accès

Consulter le catalogue en ligne : www.rachelnet.net.

S'inscrire à la  newsletter de la bibliothèque.

La fondation Pro mahJ a pour objet de soutenir les activités du musée et notamment sa politique d’expositions et d’édition, ainsi que l’enrichissement de la collection.

La librairie propose un fonds de 5 000 titres sur l’art, l’histoire, la littérature, la philosophie et les cultures du judaïsme. Elle se situe au rez-de-chaussée, en accès libre aux heures d’ouverture du musée.

Héritier du musée d’Art juif de Paris, le projet du mahJ a été lancé en 1985, dans le sillage de l’exposition de la collection d’Isaac Strauss au Grand-Palais. Il prend son essor en 1988 avec la création d’une association de préfiguration et ouvre en 1998 dans l’hôtel de Saint-Aignan restauré.

Le mahJ accompagne et enrichit les événements de sa programmation par des catalogues et albums d’exposition, des actes de colloque, ainsi que des ouvrages sur sa collection que vous pouvez retrouver à la librairie du musée.

Acquis par la ville de Paris en 1962 dans le cadre du plan de sauvegarde du Marais, l'hôtel de Saint-Aignan est l’un des fleurons de l’architecture parisienne du XVIIe siècle, dû à Pierre Le Muet (1591-1669).