Coups de cœur de la librairie

Ce mois-ci, la librairie vous recommande :

« Cher, très cher, admirable et charmant ami... »
Correspondance 1956-1961

Georges Perec & Jacques Lederer

Georges Perec & Jacques Lederer, Éditions Sillage
29,50 €

La réédition de la correspondance entre Georges Perec et Jacques Lederer a fait l’objet d’un travail éditorial passionnant par Jacques Goursaud des Éditions Sillage. L’ouvrage actuel restitue l’intégralité de la correspondance - l’augmentant d’un quart par rapport à l’édition initiale chez Flammarion - et propose trente lettres inédites. D’excellents textes d’introduction offrent au lecteur un contexte biographique et historique, précieux pour décrypter cet échange épistolaire. La correspondance coïncide avec les années du service militaire de Georges Perec, en tant que parachutiste à Pau. On ne cesse de sourire à la lecture des infinis jeux de mots, calembours et contrepèteries. Les lettres évoquent des amours contrariées, des manuscrits refusés, des romans en cours, leur passion commune pour la littérature et le jazz, la création de la revue La Ligne générale... C’est un régal d’humour et de détails sur la jeunesse de cet ami exigeant et écrivain en devenir qu’était Georges Perec.

 


Nul droit, nulle part.
Journal de Breslau 1933-1941

Willy Cohn, Nul droit, nulle part. Journal de Breslau 1933-1941

Willy Cohn, Calmann-Lévy-Mémorial de la Shoah
26,90 €

Pouvant être comparé au journal de Viktor Klemperer, le Journal de Breslau constitue un témoignage précieux sur la vie juive sous l’Allemagne nazie. Willy Cohn, historien et professeur d’histoire en lycée, rend compte des répercussions de la politique antisémite sur sa vie. Chaque journée signifie une lutte renouvelée pour résister physiquement et intellectuellement. Mais avec quels moyens de subsistance ? Le lecteur découvre une communauté juive active sur le plan culturel, une jeunesse sioniste mobilisée -deux de ses enfants parviennent à émigrer en Israël. Willy Cohn reste attaché à sa terre natale. Très informé, il analyse parfaitement la tragédie en cours et sa dimension historique. Il écrit en avril 1940 : « ces choses qu’on inflige à de pauvres gens sans défense, l’Allemagne les paiera cher un jour. Mais personne ne rendra la vie à ces gens qui ont ainsi misérablement disparu. » Wolf, son fils aîné, s’exile en France.
Willy Cohn et sa seconde femme, refusant d’être séparés de leurs deux petites filles, ne réussiront pas à émigrer à temps. Ils seront assassinés à Kaunas, en Lituanie.

 


La Linguistique, volume 55, 2019-1
Les judéo-langues

La Linguistique, volume 55, 2019-1, Les judéo-langues, coordonné par Georgette Bensimon-Choukroun et Anne Szulmajster-Celnikier

Coordonné par Georgette Bensimon-Choukroun et Anne Szulmajster-Celnikier, PUF
32 €

La dernière livraison de la revue La Linguistique est intéressante à plus d’un titre puisqu’elle traite des langues juives (hébreu, araméen, yiddish, judéo-espagnol d’Orient, haketiya du Maroc, judéo-arabe) et donc de linguistique, mais aussi de littérature orale et écrite (livres bibliques de Daniel et Esdras, chansons yidiches, proverbes judéo-espagnols, taqqana – règlement communautaire – tétouanaise de 1882, etc.) et de plurilinguisme, de langues en contact.
Les passionnantes contributions (pointues et accessibles à la fois) de linguistes et philologues tels Michel Masson, Joseph Tedghi, Anne Szulmajster-Celnikier, Haïm-Vidal Sephiha, Marie-Christine Bornes Varol, Cyril Aslanov ou encore Yaakov Bentolila éclairent, tour à tour, des problématiques des langues et littératures juives, peu connues du grand public.