librairie.jpg

Coups de cœur de la librairie

Ce mois-ci, la librairie vous recommande :

Patrimoine de Philip Roth

Patrimoine

Philip Roth, « Folio », Gallimard
8,30 €

Roman autobiographique, Patrimoine est le récit de la maladie lente du père, atteint d’une tumeur, que l’auteur accompagne jusqu’à la fin. Tout au long du texte, sont évoquées avec un souci d’être au plus près de la « vérité », la vie familiale, la disparition de sa mère et la relation complexe à son père. Philip Roth nous offre une réflexion universelle et passionnante sur la relation des vivants et des morts, le passage de la vie à la mort et la condition d’adulte orphelin.

 


Souviens-toi de nos enfants de Samuel Sandler avec Émilie Lanez, Grasset

Souviens-toi de nos enfants

Samuel Sandler avec Émilie Lanez, Grasset
14 €

Dans un récit précis, sincère, à l’émotion retenue, Samuel Sandler revient sur les journées de mars 2012, après l’assassinat de son fils Jonathan et de ses petits-fils Arié et Gabriel, devant l’école Ozar Hatorah à Toulouse. Sa vie devient « sous anesthésie » et commence un deuil où est convoquée l’histoire de la persécution de sa famille pendant la Shoah. Ce livre remarquable s’affirme comme une « stèle », une « chorale des morts et des vivants », un « parchemin » à l’encre ineffaçable, afin d’honorer le souvenir de ses trois disparus.


Piotruś de Leo Lipski, Arbre vengeur

Piotruś

Leo Lipski, Arbre vengeur
7,50 €

Que faire lorsque l’on est impotent, réduit au désespoir et sans-le-sou dans la ville de Tel Aviv-Jaffa vers la fin des années 1940 (alors que la Palestine est alors encore sous mandat britannique) ? Acculé, Piotruś décide de se vendre sur le marché à l’aide d’une grande pancarte en allemand, hébreu et anglais : « À vendre, Piotruś, vêtements compris ». Il est acheté par une femme hargneuse qui lui assigne la mission quotidienne d'occuper les toilettes communes de son immeuble afin d’en déloger deux locataires dont elle ne veut plus. Piotruś est un roman à l’humour noir, traduit du polonais, qui trouve ses racines dans l’expérience personnelle de l'auteur. Leo Lipski connaît une épopée incroyable qui le mène de Cracovie, au goulag puis à Téhéran pour enfin trouver refuge en Palestine à la fin de la Seconde Guerre mondiale. À Tel Aviv, mal soigné, malade, il est touché par une hémiplégie et doit rester cloîtré chez lui. En lutte avec la maladie, il meurt, totalement paralysé, à Tel Aviv en 1997.


Mémoire et pardon, Catherine Chalier, Éditions François Bourin

Mémoire et pardon

Catherine Chalier, Éditions François Bourin
19 €

La philosophe Catherine Chalier explore les thèmes de la mémoire, du pardon et de la réparation (tiqqun), à partir des textes bibliques et des rites de la tradition juive - en particulier l’épisode de la sortie d’Égypte. Comment être fidèles à ses morts, tout en se défaisant de l’emprise de la haine et de sa transmission de génération en génération ? Il s’agit d’associer la mémoire au pardon, de dissocier la mort de la vie et de « s’adonner à des œuvres de réparation ».


Converti à Jaffa, Marek Hłasko, Mirobole éditions

Converti à Jaffa

Marek Hłasko, Mirobole éditions,
18,50 €

Quatrième et dernier roman de Marek Hłasko inspiré par son séjour en Israël à la fin des années 1960, Converti à Jaffa, met en scène Jacob, le narrateur - ancien souteneur porté sur la boisson - et son acolyte Robert, deux petits escrocs minables qui échafaudent sans cesse de nouveaux scenarios pour séduire de riches dames et les dépouiller. Artifices délirants et dialogues loufoques leur permettent de tromper leurs victimes. Les romans de Marek Hłasko s’inspirent des expériences de sa propre vie. Cet auteur polonais qui connait le succès dans les années 1950, se trouve exilé et condamné à l’errance entre Paris, Tel Aviv et Berlin Ouest. Pour survivre il exerce divers métiers, frôlant souvent l’illégalité.