Tableau pour marquer l’Est (mizrah)

Levi David van Gelder (dessinateur et lithographe ; Amsterdam, 1816 – New York, 1878)

Amsterdam, 1845

Lithographie, 72,9 x 60 cm

Don de Georges Aboucaya, en mémoire de Colette Aboucaya-Spira

Tableau pour marquer l’Est (mizrah), Levi David van Gelder (dessinateur et lithographe ; Amsterdam, 1816 – New York, 1878), Amsterdam, 1845

Lithographie, 72,9 x 60 cm, don de Georges Aboucaya, en mémoire de Colette Aboucaya-Spira

Tableau pour marquer l’Est (mizrah), Levi David van Gelder (dessinateur et lithographe ; Amsterdam, 1816 – New York, 1878), Amsterdam, 1845

Lithographie, 72,9 x 60 cm, don de Georges Aboucaya, en mémoire de Colette Aboucaya-Spira

Comme l’indique l’inscription en hébreu au centre en haut, ce tableau de prières est un mizrah, destiné à indiquer l’Est, la direction de Jérusalem vers laquelle sont dirigées les prières. Il est signé des initiales de l’artiste hollandais Levi David van Gelder, auteur de plusieurs œuvres du même type.

Si l’écriture domine largement l’ensemble, la composition générale se rattachant à la tradition juive de la micrographie (formation de dessins à partir de lignes de textes en très petits caractères), son originalité réside dans l’usage du néerlandais – l’hébreu se limitant à quelques mots – et la présence de nombreux thèmes maçonniques. L’apparence ésotérique de l’ensemble est renforcée par le choix de caractères très graphiques, inspirés d’alphabets antiques. Les scènes figurées (Moïse et Aaron, les tables de la Loi, le sanctuaire du désert, les ustensiles du Temple, le sacrifice d’Isaac, la vie du prophète Élie, le serpent d’Airain, David et Goliath…) sont, comme très souvent dans les images juives, dérivées de modèles chrétiens, notamment des Iconae Biblicae gravées par Mérian l’Ancien (1593-1650) pour la Bible de Luther.

Après son émigration en Amérique dans les années 1860, l’artiste poursuivra dans la même veine avec des textes en anglais.

Sur le même thème

Poterie Chemla, panneau de revêtement mural, Tunis, vers 1920

Céramique polychrome, 121 x 68 x 4 cm
Vie quotidienne

Poterie Chemla (vers 1880-1966)

Tunis, vers 1920

Coiffe traditionnelle de femme juive algérienne (sarmah), XIXe siècle,

Fils d’argent, 20 × 83,5 × 17 cm. Don des familles Oualid et Scali
Vie quotidienne

Alger, XIXe siècle

Tenue traditionnelle de femme juive en Algérie, Constantine, fin du XIXe siècle – début du XXe siècle 

Soie, velours, coton, passementerie de fils d’or au carton. Don de Philippe Azoulay, en mémoire de sa mère, Edmée Azoulay, née Bensimon Marchina
Vie quotidienne

Constantine, fin du XIXe siècle – début du XXe siècle