Lampe à huile

Salignac-sur-Charente, IIIe siècle

Terre cuite claire, 3,4 x 8,5 x 6,8 cm

Dépôt du musée d’Art et d’Histoire de Cognac

Lampe à huile, Salignac-sur-Charente, IIIe siècle, terre cuite, 3,4 × 8,5 × 6,8 cm, dépôt du musée d’Art et d’Histoire de Cognac

Lampe à huile, Salignac-sur-Charente, IIIe siècle, terre cuite, 3,4 × 8,5 × 6,8 cm, dépôt du musée d’Art et d’Histoire de Cognac

Donnée au musée de Cognac en même temps qu’un ensemble d’objets archéologiques par le collectionneur Gabriel Cor (Jarnac, 1818 – Cognac, 1904), cette lampe à huile est réputée avoir été découverte à la fin du XIXe siècle lors de fouilles subaquatiques à Salignac-de-Pons (actuelle Salignac-sur-Charente). Elle présente en son centre un motif de chandelier à sept branches (menorah), emblème juif par excellence qui se diffusa largement après la destruction du Temple de Jérusalem en 70 de notre ère. De part et d’autre de celui-ci, sont placée une branche de palmier (loulav) et une corne de bélier (shofar), confirmant la destination juive de l’objet.

Datée du IIIe siècle de l’ère commune, cette lampe a longtemps été considérée comme l’un des témoignages archéologiques les plus anciens d’une présence juive en Gaule, précédée seulement par une lampe du Ier siècle avant notre ère trouvée à Orgon dans les Bouches-du-Rhône. Si elle semble authentique et si l’Aquitaine et la Provence ont livré quelques objets et bijoux témoignant d’une présence juive, diffuse mais sédentaire, à l’époque gallo-romaine, son utilisation comme marqueur d’une présence juive dans l’ouest de la France semble aujourd’hui moins sûre, faute de données fiables sur le contexte de sa mise au jour, la collection de Gabriel Cor comportant de nombreux objets de provenance erronée ainsi que des faux.

Sur le même thème

Manteau de femme juive, Boukhara, Ouzbékistan, début du XXe siècle
Vie quotidienne

Boukhara, Ouzbékistan, début du XXe siècle

Poterie Chemla, panneau de revêtement mural, Tunis, vers 1920

Céramique polychrome, 121 x 68 x 4 cm
Vie quotidienne

Poterie Chemla (vers 1880-1966)

Tunis, vers 1920

Coiffe traditionnelle de femme juive algérienne (sarmah), XIXe siècle,

Fils d’argent, 20 × 83,5 × 17 cm. Don des familles Oualid et Scali
Vie quotidienne

Alger, XIXe siècle