Had Gadya (un chevreau)

El Lissitzky (Lazar Eliezer Lissitzky, dit ; Potchinok, province de Smolensk, 1890 – Moscou, 1941)

Kiev, Kooperativer farlag Kultur-Lige, 1919

Onze gravures sur zinc sur papier, 26,5 x 24 cm chacune

Acquis avec le concours du Fonds régional d’acquisition des musées d’Île-de-France et de Claire Maratier.

El Lissitzky (Lazar Eliezer Lissitzky, dit ; Potchinok, 1890 – Moscou, 1941), Had Gadya, Kiev, 1919

El Lissitzky (Lazar Eliezer Lissitzky, dit ; Potchinok, 1890 – Moscou, 1941), Had Gadya, Kiev, 1919

Had Gadya (Had Gadye en yiddish : « un chevreau ») est le titre d’une comptine traditionnelle de la Haggadah (récit de la sortie d’Égypte) qu’on chante à la fin du seder, le repas rituel de la Pâque juive. Le chevreau y figure comme un symbole du peuple juif opprimé. Le texte comporte dix strophes égrenant un enchaînement de calamités auxquelles une intervention divine vient mettre un terme. Que Lissitzky ait choisi d’illustrer ce chant, dont le sens final pose l’existence d’une justice suprême, a permis d’interpréter Had Gadya comme une parabole de la victoire de la Révolution libérant les juifs de l’oppression dont ils ont de tout temps été victimes. Son utilisation de l’arche, sa découverte du potentiel plastique de la lettre hébraïque mettent en lumière le cheminement de l’artiste vers le constructivisme et annonce le typographe révolutionnaire qu’il deviendra.

Sur le même thème

Nira Pereg (Tel Aviv, 1969), Kept Alive Portraits, Jérusalem, 2009-2010
Beaux-arts

Nira Pereg (Tel Aviv, née en 1969)

Jérusalem, 2009-2010

Sophie Calle (Paris, 1953), L’Erouv de Jérusalem, Jérusalem, 1996
Beaux-arts

Sophie Calle (Paris, 1953)

Jérusalem, 1996

Kader Attia (Dugny, 1970), Big Bang, 2005
Beaux-arts

Kader Attia (Dugny, né en 1970)

Paris, 2005