Et Dieu souffla dans ses narines le souffle de vie

Abel Pann (Abel Pfeffermann, dit ; Kreslawka, 1883 – Jérusalem, 1963)

Jérusalem, vers 1924

Lithographie en couleurs sur papier fort, 44,9 x 30,5 cm

Abel Pann, Et Dieu souffla dans ses narines le souffle de vie, Jérusalem, vers 1924

Abel Pann, Et Dieu souffla dans ses narines le souffle de vie, Jérusalem, vers 1924

Né en Lituanie, dans une famille de rabbins, Abel Pann étudie le dessin et la gravure à Vitebsk auprès de Iouri Pen – qui fut aussi le maître de Marc Chagall et d’Ossip Zadkine –, puis poursuit sa formation à l’Académie des beaux-arts d’Odessa où il intègre le parti ouvrier sioniste Poalei Sion. Après un long séjour en France de 1903 à 1917, puis aux États-Unis de 1917 à 1920, il s’installe définitivement à Jérusalem. Alors que la première partie de sa carrière avait été tournée vers le dessin d’actualité et la caricature, l’artiste se consacre dès lors à la représentation de sujets bibliques.

Cette lithographie fait partie de la suite de vingt-quatre planches Genesis from the Creation until the Deluge (la Genèse, de la Création jusqu’au Déluge), publiée à Jérusalem en 1924. Le sujet lui avait été suggéré, lors d’un premier séjour à Jérusalem en 1913, par le peintre et sculpteur Boris Schatz qui l’avait invité à enseigner à l’école Betsalel qu’il avait lui-même fondée en 1906. À la suite de la Genèse, il se lancera dans le projet d’illustrer la Bible tout entière, entreprise qu’il ne mènera jamais à son terme. Voulant rompre avec l’identité juive diasporique, il abandonne la manière des artistes polonais du tournant du siècle et développe une approche documentaire, quasi ethnographique, s’inspirant des Bédouins et des populations locales pour représenter les héros de la Bible.

Sur le même thème

Khaliastra, numéro 2 de la revue, Paris, 1924, illustration de Marc Chagall, don Lydie Lachenal
Art moderne

Marc Chagall (Vitebsk, 1887 – Saint-Paul-de-Vence, 1985)

Peretz Markish (Polonne, 1895 – Moscou, 1952)

Oser Warszawski (Sochaczew, 1898 – Auschwitz, 1944)

Paris, 1924

Chaïm Soutine (Smilovitchi, 1893 – Paris, 1943), La Marchande de journaux à Montparnasse, vers 1925, don de Claire Maratier
Art moderne

Chaïm Soutine (Smilovitchi, 1893 – Paris, 1943)

Paris, vers 1925

Jules Pascin (Vidin, 1885 – Paris, 1930), Les Petites Américaines ou Les Demoiselles américaines, États-Unis, 1916

Huile sur toile, 60,2 x 73 cm. Don de Claire Maratier
Art moderne

Jules Pascin (Vidin, 1885 – Paris, 1930)

États-Unis, 1916