Bandelette de Torah (mappah)

Alsace ou Allemagne, 1752

Lin brodé de fils de soie, traces de fils d’argent, 15,5 x 363,5 cm

Dépôt de la fondation Pro mahJ, legs de Marion Rotil

Bandelette de Torah (mappah) d’Abraham Mordekhaï, fils d’Alexander Katz, Alsace ou Allemagne, 1752, lin brodé au fil de soie, 15,5 × 363,5 cm, dépôt de la fondation Pro mahJ, legs de Marion Rotil

Bandelette de Torah (mappah) d’Abraham Mordekhaï, fils d’Alexander Katz, Alsace ou Allemagne, 1752, lin brodé au fil de soie, 15,5 × 363,5 cm, dépôt de la fondation Pro mahJ, legs de Marion Rotil

Une mappah (pl. mappot) est une bandelette de tissu utilisée pour protéger le rouleau de Torah. Si on peut rencontrer ce type de textile dans des communautés très diverses, l’usage de le fabriquer à partir du lange utilisé lors d’une circoncision est caractéristique des communautés ashkénazes de rite rhénan, de l’Alsace-Lorraine à la Bohème, en passant par l’Allemagne et la Suisse.

Le lange est coupé en quatre morceaux, cousus bout à bout, pour former une bandelette atteignant ici plus de trois mètres soixante de longueur.  Cette dernière sert de support à une inscription en hébreu indiquant le nom de l’enfant, sa date de naissance et la bénédiction récitée à l’issue de la cérémonie « Qu’il grandisse pour la Torah (l’étude), la houppah (le mariage) et les bonnes actions, Amen selah ».

Réalisée pour Abraham Mordekhai, fils d’Alexander Katz (cohen tsadiq), né le jeudi 1er eloul 512 du petit comput (11 août 1752), cette mappah se distingue par la qualité exceptionnelle de ses broderies, rehaussées par endroits de fils d’argent. Si le décor des lettres reste, par sa fantaisie, dans la tradition des manuscrits médiévaux, elle a été enrichie comme souvent au milieu du XVIIIe siècle, de nombreux motifs floraux et animaliers : un lapin, un renard, un écureuil, un cerf, une cigogne, un coq, des papillons…et même une licorne, certainement inspirée d’une gravure. Le texte de la bénédiction est illustré par Moïse recevant les Tables de la Loi et un dais de mariage. Au-dessus du nom du père, apparaissent des mains bénissantes désignant un descendant d’Aaron, et sous la date, le signe zodiacal de l’enfant.

Sur le même thème

Calendrier pour le décompte de l’‘Omer (sefirat ha-‘Omer), fin XVIIIe, début XIXe siècle
Fêtes et cérémonies, Synagogue

Fin du XVIIIe – début du XIXe siècle

Jean Lubin Vauzelle, Intérieur de la synagogue de Bordeaux avec son architecte, A. Corcelles, Bordeaux, vers 1812
Synagogue

Jean Lubin Vauzelle (Angerville-la-Gâte, 1776 – Paris, 1837)

Bordeaux, vers 1812

Arche sainte, Vienne, 1707
Synagogue, Histoire

Vienne, 1707