Autoportrait

Édouard Moyse (Nancy, 1827 – Paris, 1908)

Nancy, 1853

Huile sur toile, 73 x 59 cm

Don de Dominique Weill

Édouard Moyse (Nancy, 1827 – Paris, 1908), Autoportrait, Nancy, 1853

Édouard Moyse (Nancy, 1827 – Paris, 1908), Autoportrait, Nancy, 1853

Peintre formé à l’école des Beaux-Arts de Paris, exposant régulièrement au Salon, Édouard Moyse est le maître français de cette peinture de l’Émancipation pratiquée en Allemagne par Moritz-Daniel Oppenheim ou en Pologne par Maurycy Gottlieb. Il s’est attaché à développer une œuvre de « genre israélite » traitant des scènes quotidiennes de la vie juive et des épisodes importants de l’histoire des juifs de France. Si quelques autres peintres, comme Édouard Brandon ou Alphonse Lévy, traitent aussi de scènes de la vie juive, Moyse s’en fait une spécialité au point d’être surnommé le « peintre des rabbins ». Il veut réhabiliter l’image des juifs et du judaïsme en développant une esthétique nouvelle. Cet autoportrait traduit un désir d’affirmation de soi caractéristique de l’attitude de la seconde génération de l’Émancipation, notamment parmi les artistes.

Sur le même thème

Samuel Hirszenberg (Łódz, 1865 – Jérusalem, 1908), Portrait d’un écrivain juif, vers 1902
Beaux-arts

Samuel Hirszenberg (Łódz, 1865 – Jérusalem, 1908)

Vers 1902

Maurycy Gottlieb (Drohobytch, 1856 – Cracovie, 1879), Autoportrait, 1879
Beaux-arts

Maurycy Gottlieb (Drohobytch, 1856 – Cracovie, 1879)

1879

Frédérique O’Connell, Portrait de Rachel, Paris, vers 1853
Beaux-arts

Frédérique O’Connell (Potsdam, 1823 – Paris, 1885)

Paris, vers 1853