Zeitung - Beschreibung

France, Lorraine, Moselle, Metz, 
1789-90
Inv.
2020.02.001
Document d'archives
Périodique
Zeitung - Beschreibung
Dimensions :
H. 15,7 - L. 28,2 cm
Impression sur papier journal, carton
mahJ

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Ce petit ouvrage est composé de deux parties :
Il débute par le "Zeitung" , ou journal, édité par Abraham Spire à Metz à partir de novembre 1789 pour informer les juifs de l’Est de la France, notamment ceux de Metz - de loin la plus importante communauté juive de France avant la Révolution – des débats de l’Assemblée.
Il est suivi du "Beschreibung von der Veränderung oder Aufruhr in Frankreich wass man nennt Revolution von Paris die Kapitale, auch die Versammlung die Deputierte aus dem ganzen Königreich. Diese Versammlung nennt man Etats Généraux" (Description du changement ou de l’insurrection en France que l’on appelle Révolution de Paris la capitale, et de la réunion des députés de tout le Royaume. On appelle cette réunion Etats généraux), texte de 120 pages résumant a posteriori ce qui s’est passé durant la période écoulée entre juin 1789 et le 1er numéro du Zeitung en novembre de la même année.
Limités pour la plupart, à un feuillet recto-verso, les numéros du journal sont datés selon le système hébraïque des parashot ou péricopes (nom de la portion de la Torah lue à la synagogue au cours de la semaine).

Edition :
Abraham Spire
Publication :
Schwarzfuchs, Simon. Le journal révolutionnaire d'Abraham Spire. Paris, Verdier. 1989

Abraham Spire, fils du rabbin Goudchaux Spire, est à la fois l’auteur et l’éditeur de ce journal puisqu’il dirige à partir de 1789, l'imprimerie hébraïque fondée par son grand-père, Moïse May, en 1764.
Bien qu’utilisant des caractères typographiques yiddish, il s’agit en fait d’un ouvrage en allemand (un allemand populaire comportant de nombreuses fautes) transcrit en caractères hébraïques. Ce choix linguistique – plutôt que celui de l’hébreu – s’explique par le souci de toucher un lectorat plus large que les savants et rabbins. L’auteur évoque en effet une centaine de sympathisants (abonnés ?).
Dans sa description des événements, il s’intéresse plus particulièrement aux débats portant sur le statut des juifs. Il décrit notamment comment les juifs portugais et avignonnais, bien intégrés, ont été reconnus citoyens à part entière dès le 28 janvier 1790 alors que les juifs alsaciens et lorrains devront attendre le 27 septembre 1791 pour être émancipés.

Ce journal est l'un des plus anciens périodiques juifs attestés au monde, témoigne ainsi de l’intérêt de la communauté juive de l’est de la France pour des événements dont elle avait bien compris qu’ils la concernaient au premier chef.
Il est extrêmement rare et il n’en existe aucun autre exemplaire dans les collections publiques françaises. Les seules séries complètes se trouvent au Jewish Theological Seminary of America et à la Bibliotheca Rosenthaliana de l’Université d’Amsterdam.
Le fac-similé de cette dernière, assorti de sa traduction en français, a édité en 1989 par Simon Schwarzfuchs.

Une comparaison entre l'exemplaire publié par Simon Schwarzfuchs et celui acheté par le mahJ révèle une inversion de l'ordre de présentation du Journal et de la Description, et la disposition différente d’un numéro spécial. Ces variantes résultent du fait que les ouvrages ont probablement été reliés par leur propriétaire.
S’il manque les 6 premières pages de la Description et notamment celle où se trouve son titre ainsi que les trois premières livraisons du Journal, on notera en revanche que la version du musée comprend un numéro supplémentaire (parashat Shemini) indiquant une possible poursuite au-delà de la date jusqu’ici admise de cette parution.