Trois enfants jouant avec un chien

SFAR, Joann
, Nancy, 1971 -
Paris, France, 
2007
Inv.
2016.31.003
Dessin
Dimensions :
H. 50 - L. 65 cm
Feutre orangé sur papier Ingres
mahJ, 
don de Joann Sfar

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Représentation de trois enfants stylisés à tête démesurée jouant avec un petit chien à courtes pattes et yeux démesurés

En 2007, à l’occasion d’un atelier pédagogique dans le cadre des activités liées à l’exposition « De Superman au Chat du Rabbin », Joann Sfar exécuta trois dessins sur le thème du Chat du Rabbin qu’il offrit ensuite au musée.
Le dessinateur et scénariste Joann Sfar (Nice, 1971) est issu d'une famille juive, algérienne du côté de son père et ukrainienne du côté de sa mère. Après avoir obtenu une maîtrise de Philosophie, il étudie à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Artiste prolifique qui publia ses premières planches en 1994, à l'Association, il n’a cessé depuis de dessiner et de publier des romans graphiques inspirés de sujets divers parmi lesquels, il a publié jusqu’à présent 32 titres de bande dessinée parmi lesquels 20 sont des séries comptant au moins deux tomes, et certains jusqu’à 15 tomes. Il est également auteur de 15 romans, nouvelles et illustrations d’œuvres littéraires. Scénariste, il réalise aussi trois longs métrages Gainsbourg, vie héroïque (2010 ), Le Chat du rabbin (2011), La Dame dans l'auto avec des lunettes et un fusil (2015) où il s’essaie aussi au métier d’acteur. Il fait également paraître des critiques et des chroniques dans divers organes de presse tels Charlie Hebdo, Télérama ou le Huffington Post.
Plusieurs de ses ouvrages sont consacrés à l’histoire ou à des thèmes de la philosophie ou de l’art du judaïsme : Le Petit Monde du Golem, Petit Vampire, Pascin, Les Olives noires (scénario), avec Emmanuel Guibert (dessin), Le Chat du rabbin, Klezmer, Chagall en Russie, La Promesse de l'aube, édition illustrée du livre de Romain Gary, Gainsbourg, Dargaud, 2009. Auteur prodigieusement populaire, il a reçu de nombreux prix et récompenses notamment au Festival d’Angoulême (parmi lesquels les prix René Goscinny en 1997 et Eisner en 2006), le César du meilleur premier film pour Gainsbourg, vie héroïque 2011, et le César du meilleur film d'animation pour Le Chat du rabbin en 2012.
Son roman graphique en plusieurs tomes, Le Chat du rabbin est traduit en plus de 11 langues étrangères dont l’hébreu et l’arabe.