The Five Books of Moses, Hammishah Houmshei Torah

PANN, Abel
, Kreslawka (Lettonie), 1883 - Jérusalem, 1963
France, 
1930
Inv.
2016.12.001
Estampe
Album de lithographies
Dimensions :
H. 40 - L. 32 - Ep. 3,5 cm
Lithographie couleur
mahJ

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Livre relié couverture en tissu brun, contenant 47 lithographies couleur illustrant les scènes de la Bible.

Edition :
Palestine Art Publishing Co. Ltd.
Inscriptions
The Five Books of Moses חמשה חומשי תורה Dédicace: "A Monsieur le Docteur Netter. En souvenir de reconnaissance. 30 décembre 1930" (signature non déchiffrée)
Les cinq livres de Moïse

Né à Dvinsk (Lettonie), fils du rabbin Nahum Pfefferman et de son épouse Batya, le peintre Abel Pann (1883-1963) a étudié les Beaux-Arts en Russie et en Europe, essentiellement à Paris. Il se spécialise d’abord dans la peinture et le dessin d’humour, la caricature dont le portrait-charge et se perfectionne également dans l’art de la gravure à l’eau forte et de la lithographie. Il publie dans différents journaux français dont "La Vie en culotte rouge" (1902-1915), "Le Panache" (1906) ; "Mon Dimanche" (1907-1914) ; "Le Rire" (1908-11) ; "Le Charivari, Tout Nouveau" (1909) ; "Le Courrier français" (1909-1910) ; "La Baïonnette" (1915).
De 1914 à 1917, Abel Pann est à Paris. Il réalise des affiches populaires et des illustrations destinées à éveiller le sentiment patriotique et à renforcer le moral de la population française. Il s’est aussi inquiété des événements se déroulant sur le front oriental. De décembre 1915 à la fin 1916, il exécute une impressionnante suite de cinquante dessins sur les pogroms contre les juifs polonais et russes qu’il destine à la publication. Mais l’ambassadeur de Russie à Paris intervient auprès du gouvernement français pour empêcher cette publication.
En 1917, Abel Pann part aux États-Unis où son œuvre connaît un énorme succès. Le journal American Jewish Chronicle lui achète 24 de ses dessins et les publie sous forme d’album lithographique sous le titre Jug of Tears (« Tränenkrug» ; « La jarre de larmes ») qui sera aussi réédité plus tard en Palestine. Dans la même période, il publie un second portfolio de lithographies sur le même thème intitulé "In the Name of the Czar".
Installé en Palestine à partir de 1920, Abel Pann enseignera à l’école des Beaux-Arts Bezalel et se lancera dans la réalisation d’un grand cycle d’illustrations de la Bible qui paraîtra à partir des années 1920. Ces peintures et estampes lui apportèrent une grande renommée au sein du monde juif. Et c’est désormais à celles-ci qu’il consacra le reste de sa carrière d’artiste.
Cet exemplaire comprend l'intégralité des illustrations du Pentateuque par Abel Pann.
"La Bible" (connu aussi sous le titre anglais "The Five Books of Moses"), a été publié en 1930 à Jérusalem et en France. Prévue pour contenir 100 lithographies, l’édition sera limitée à 47 car l’artiste prévoyait de poursuivre le travail. On ne sait quel fut le tirage de l’édition hiérosolymitaine mais l’édition française comptait 600 exemplaires, dont les 25 premiers étaient signés par l’artiste. Ce qui n’est pas le cas de celui-ci mais la signature de la dédicace reste non-identifiée. L’édition française est en tout cas très rare sur le marché.
Après avoir publié "La genèse, de la création au déluge", en 1924, Abel Pann travaille à un récit complet en images dans la tradition artistique des icones biblicae, mais dans une conception nouvelle du genre. Il s’inspire de la population yéménite et bédouine de Palestine pour y retrouver la vision des juifs des origines, bibliques ou « authentiques » tels que l’idéologie et l’esthétique sionistes souhaitent les retrouver. C’est au cœur de la ville de Jérusalem, où il réside, que l’artiste cherche ses modèles.
Cet ouvrage est dédicacé à Arnold Netter dont la donatrice est la descendante.
Le Dr Arnold Netter (Juste Arnold Netter, Strasbourg, 1855 – Paris, 1936) fut un médecin et pédiatre, bactériologue et biologiste qui enseigna la médecine à Paris à partir de 1889 et fut chef du service de pédiatrie de l’hôpital Trousseau de 1905 à 1920. Il fut élu membre de l’Académie de médecine en 1904 et décoré grand officier de la Légion d’honneur. Enseignant et chercheur réputé, il fit franchir des étapes décisives dans la prévention hygiéniste et la lutte contre nombre de maladies infectieuses telles la grippe espagnole.
Dreyfusard de la première heure, il fut aussi vice-président puis président de l’Alliance israélite universelle. Comme son père, le médecin Léon Netter et son oncle Charles Netter (cofondateur de l’Alliance), il fut une des figures de proue de l’israélitisme français.