Scène de massacre

PANN, Abel
, Kreslawka (Lettonie), 1883 - Jérusalem, 1963
Paris, Marseille, 
[1915]
Inv.
2010.28.001
Estampe
Lithographie
Dimensions :
H. 50 - L. 65 cm
Lithographie sur papier
mahJ

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Quatre corps gisant près d'une maison, sur une hauteur. L'un des corps est celui d'une femme qui tient son petit enfant sous elle. Le troisième corps est un enfant. Le quatrième corps est davantage une forme. En contrebas, un village et le clocher d'une église.

Inscriptions
"42/105"

Né à Dvinsk (Lettonie), fils du rabbin Nahum Fefferman et de son épouse Batya, le peintre Abel Pann (1883-1963) a étudié les Beaux-Arts en Russie et en Europe, notamment à Paris. Sioniste convaincu, il émigre en 1913 à Jérusalem et enseigne à l'École des Beaux Arts de Bezalel. En voyage à Paris à la veille de la guerre, il s'y retrouve bloqué dès août 1914 et ne repart pour Jérusalem qu'en 1920.
Durant la guerre de 1914-1918, Abel Pann réalise des affiches populaires et des illustrations destinées à éveiller le sentiment patriotique et à renforcer le moral de la population. Cette lithographie appartient à la série des dessins consacrés aux puissances alliées et aux atrocités subies par les populations civiles en Belgique et en France. L'œuvre originale, pastel sur carton peint entre 1915 et 1916 se trouve peut-être au Musée d'Israël. Abel Pann s'est aussi inquiété des événements se déroulant sur le front oriental. De décembre 1915 à la fin 1916, il exécute une impressionnante suite de cinquante dessins sur les pogromes contre les juifs polonais et russes qu'il destine à la publication. Mais l'ambassadeur russe à Paris intervient auprès du gouvernement français pour empêcher la publication. En 1917, Abel Pann part aux États-Unis où son œuvre connait un énorme succès. Le journal American Jewish Chronicle lui achète 24 de ses dessins et les publie en album lithographiques sous le titre 'Jug of Tears' ( La cruche de larmes ). Pour lui, les juifs de la diaspora seront de toute façon les perdants de la guerre.