Rouleau de Torah

Bassin méditerranéen, Afrique du Nord, Italie, Turquie ?, 
18e siècle/ 19e siècle
Inv.
2013.15.001
Manuscrit
Rouleau de Torah
Sefer Torah, ספר תורה
Dimensions :
H. 95 - D 8 cm (bâtons); H. 56 - L. 3364,5 cm (parchemin)
Parchemin en peau, encre noire, bois
mahJ, 
don de Rachel Attias en mémoire de d'Abraham et Prosper Benhaïm

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Rouleau de Torah complet, peaux cousues montées sur deux axes de bois sculpté au tour, étoile de David dans un cercle gravée sur chacun des bâtons en bordures supérieure et inférieure du parchemin roulé
Le document est composé de 45 lés de peau, dont les largeurs, de la droite vers la gauche dans le sens de la lecture sont, dans l'ordre en CM: 73 / 76.5 / 81 /77.5 / 77 / 74.5 / 80 / 73.5 / 68 / 60.5 / 54.5 / 76 / 76 / 85.5 / 84 / 82 / 93 / 49 / 92 / 84 / 76 / 88 / 83 / 42 / 83.5 / 82 / 71 / 75 / 87 / 90 / 79 / 82 / 50.5 / 88 / 77 / 66 / 72 / 78.5 / 84 / 78 / 68 / 75 / 79.5 / 75 /17.

Inscriptions
Texte de la Torah

Ce sefer torah fut acheté par un particulier lors d’une brocante afin de le replacer dans un cadre juif (cultuel ou culturel).
Utilisé pour la lecture de la Torah durant le service liturgique, le sefer torah est ordinairement gardé dans les synagogues ou les oratoires privés. Son propriétaire peut être donc une communauté ou bien un particulier qui le dépose à la synagogue qu’il fréquente.
Quoi qu’il en soit, la vente d’objets liés au culte (appelés « tashmishei qeddoushah » ou « klei qoddesh » qui signifient respectivement « instruments de la sainteté » ou « outils du sacré ») n’est pas autorisée par la loi juive. La présence de tels objets sur le marché est donc toujours insolite.
La question de la provenance des objets de Judaica mis sur le marché est importante. Le plus souvent, l’appréhension de voir ces objets être détournés de leur sens ou profanés motive le geste des acquéreurs dont nombreux sont ceux qui en font don à une synagogue (si l’objet peut à nouveau être utilisé dans son contexte), ou l’offre à une institution juive telle qu’un musée ou une bibliothèque.
Les rouleaux de Torah ne sont ni signés, ni datés. Nous ne pouvons en estimer l’âge ou la provenance qu’en fonction du type de parchemin, de la nature du bois, de l’écriture du scribe.
Dans le cas de ce rouleau de Torah, complet et assez bien conservé, le style est séfarade. Mais ce sont surtout les bâtons dits « ‘etsei hayyim », (arbres de vie), qui indiquent une provenance méditerranéenne. Mais ils peuvent aussi être un remplacement pour des bâtons plus anciens.
Il s'agit d'un rouleau "passoul", c'est à dire impropre à la lecture.

Historique
Sefer torah acheté par le donateur dans une brocante