Portrait du Grand Rabbin David Sintzheim

France, 
19e siècle, 1er quart
Inv.
90.02.001
Peinture
Dimensions :
H. 32,5 - L. 24 cm
Huile sur toile
mahJ

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Portrait de David Sintzheim, président du grand Sanhédrin (1807) et premier grand rabbin du consistoire (1808). Il porte son habituel chapeau bicorne bordé de fourrure et la cravate.

David Sintzheim naît à Trèves en 1745. Formé par son père, rabbin à Niedernai, il fait des études talmudiques de très haut niveau. En 1786, il prend la tête de la toute nouvelle yeshivah fondée par son beau-père, Cerf Beer, à Bischheim, avant d'être nommé rabbin à Strasbourg en 1792.

La condition politique des juifs est au centre de ses préoccupations : délégué de l'Alsace auprès de l'Assemblée nationale constituante en août 1789 afin de réclamer l'émancipation des juifs de l'Est, il demande la protection de l'Assemblée nationale et proteste contre les exactions commises en juillet 1789 en Alsace et en Lorraine. C'est précédé d'une réputation d'érudit et d'homme engagé qu'il arrive à Paris pour siéger à l'Assemblée des notables. Nommé président du Grand Sanhédrin, il deviendra le grand rabbin du Consistoire central des israélites en 1808.

Ce portrait semble avoir été peint du vivant de Sintzheim. Qu'un rabbin orthodoxe se fasse portraiturer était chose courante, notamment à Amsterdam. David Sintzheim est représenté en costume ecclésiastique. Son chapeau n'est pas un couvre-chef traditionnel, mais un bicorne tout à fait particulier qui tient à la fois de la mitre du grand prêtre et de la représentation cornue de Moïse (due à une mauvaise traduction du verset biblique). Ce bonnet d'âne, chargé d'évocations négatives, a paru témoigner du mépris de Napoléon pour les juifs.

Historique
Acquis grâce à des dons, le tableau appartenait à la descendance du rabbin.