Plateau

Inv.
2013.21.009
Objet de la vie quotidienne
Plateau
Dimensions :
H. 3,5 - D. 52 cm
Cuivre gravé
mahJ, 
don de Jean-Claude Lalou en mémoire des familles Lalou et Zenou de Laghouat

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Plateau circulaire en cuivre gravé utilisé pour le seder (repas rituel) de Pessah (Pâque juive).
Inscription circulaire en caractères arabes sur le registre extérieur ;
Décor : figures et motifs inspirés de l’Égypte ancienne ; au centre : une étoile à six branches dite « Magen David » (Bouclier de David ou étoile de David)

Inscriptions
Inscription caractères arabes

Dans les communautés juives d’Afrique du Nord et d’Orient, on utilise les plateaux pour les repas de famille. L’importance des repas collectifs lors des fêtes, tant juives que musulmanes, motivait la recherche esthétique de la part des artisans qui fabriquaient les plats de service et la richesse et le raffinement du décor contribuaient au sentiment festif des convives. Si certaines familles tenaient à ce que leurs plats soient explicitement décorés de lettres hébraïques, l’usage de plateaux avec d’autres genres de décors était répandu. Pour célébrer la sortie d’Égypte et la libération des Hébreux dans l’exode, les membres de la famille Lalou, proche des confréries mystiques musulmanes, ne dédaignaient pas le mélange des caractères arabes, du décor égyptien entourant l’étoile à six branches, motif fort de sens pour le judaïsme et fréquemment présent dans les arts décoratifs musulmans.

M. Jean-Claude Lalou, co-fondateur de la Confrérie d’Abraham, a fait don au MAHJ d’un large ensemble d’archives liées à l’histoire de sa famille et de la communauté des juifs de Laghouat, ville du désert, située à la marge saharienne de l’Algérie.
La famille Lalou appartenait à la notabilité de Laghouat. Ils étaient négociants et orfèvres. Très liés – jusqu’à aujourd’hui – aux confréries musulmanes de la région, les membres de la famille Lalou, Isaac Jacob et Michel, père et fils, ont été élus maires de la ville et occupèrent cette fonction durant de nombreuses années. La seule interruption que Michel Lalou connut dans cette fonction fut due aux lois d’exclusion des Juifs sous le régime de Vichy.
Les 33 objets donnés par Jean-Claude Lalou sont liés à l’histoire personnelle des membres des familles Lalou et Zenou de Laghouat en Algérie. Ils ont été la propriété des parents et grands-parents de Jean-Claude Lalou (son grand-père Isaac Jacob Lalou, Soltana (Suzette) et Michel Lalou, ses parents) et de Jean-Claude Lalou lui-même.Les archives et les objets Lalou témoignent d’une des diverses manières d’être juif en Algérie et de la grande qualité des rapports entre les juifs et les musulmans dans les marges sahariennes.