Pilote. Le journal qui s'amuse à réfléchir (n°649)

GOTLIB
LECONTE, Patrice
LORO
DE BEKETCH, Serge
MANDRYKA, Nikita
PELAPRAT, Jean-Marie
LUCQUES
CHARLIER, Jean-Michel
GIR
LINUS
TARDI, Jacques
MEZIERES, Jean-Claude
BRETECHER, Claire
AUCLAIR, Claude
FRYDMAN, Gérald
TOUÏS
FRED
ALEXIS
FLORAC, Jean
GREG
Paris, France, 
1972.04.13
Inv.
IM/1696
Imprimé
Magazine
Dimensions :
H. 30,4 - L. 23,5 cm
Impression couleur et noir & blanc sur papier
mahJ

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Magazine hebdomadaire de bande dessinée. 56 pages. Couverture : Le commissaire Bougret et l'inspecteur Charolles poursuivi par une soucoupe volante, la coccinelle à leurs côtés, dessin de Gotlib; pp.5-7 et pp.11: textes des membres de Pilote sur l'absence de Goscinny (parti en congés); pp.48-51: "L'assassin vient du cosmos", texte et dessins de Gotlib, l'assassin a les traits de Goscinny

Edition :
Dargaud
Inscriptions
Couverture: Pilote. Le journal qui s'amuse à réfléchir. Quatorzième année n°649. Help!... Ze coupable from aoûter space!...R.A.B.

Pilote est un magazine hebdomadaire de bande dessinée français publié d'octobre 1959 à octobre 1989.
Créé par, entre autres, René Goscinny, Albert Uderzo, François Clauteaux, Jean-Michel Charlier, Jean Hébrard et René Ribière, il est racheté par Dargaud dès 1960. Destiné aux jeunes adolescents à son lancement, Pilote modernise profondément la presse jeunesse dans les années 1960, avant de s'orienter progressivement vers un public plus âgé, notamment lorsqu'il passe mensuel en 1974. En 1986, Pilote fusionne avec Charlie mensuel pour former Pilote & Charlie. Redevenu Pilote en 1988, la revue disparaît l'année suivante, dans un contexte de crise généralisée des mensuels de bande dessinée. Pilote a eu une influence déterminante sur la bande dessinée française et sur le marché éditorial français, les fondateurs de L'Écho des savanes, Métal hurlant et Fluide glacial en étant issus. Rassemblant les contributions d’auteurs confirmés, tels que Jean-Michel Charlier, Albert Uderzo, Raymond Poïvet, Victor Hubinon, Jean Tabary, Jigé, Jean Giraud ou Sempé, Pilote devient une pépinière pour les jeunes talents de la bande dessinée, et suscite des amitiés artistiques et intellectuelles. Gotlib, Bretécher, Mandryka, Lob, Solé, Alexis, Reiser, Fred, Gébé, Cabu, Greg, Tardi, Jean-Claude Mézières, Philippe Druillet, Pétillon et d’autres grands noms de la BD française des années 1970 et 1980 ont mûri leurs cheminements artistiques sous l’enseigne de Pilote.
C’est pour l'émission radiophonique "Le feu de camp du dimanche matin" sue Europe 1 que Gotlib imagine des sketchs dont les héros sont deux nouveaux personnages : le commissaire Bougret et son fidèle adjoint, l’inspecteur Charolles. Bougret (interprété à l’antenne par Gébé) c’est la contraction de Bourrelle et de Maigret. Du premier, le commissaire vedette interprété par Raymond Souplex, dans la série télévisée Les cinq dernières minutes (diffusée depuis le 1er janvier 1958), il a conservé le légendaire « Bon Dieu, mais c’est bien sûr ! » (qui devient chez Marcel « Bon sang, mais c’est bien sûr ! »). Du second inventé par Georges Simenon et joué à la télévision depuis la rentrée 1967 par Jean Richard, il a gardé la pipe. Et systématiquement on retrouve deux suspects : Aristidès Othon Frédéric Wilfrid (joué à la radio par Fred) et Blondeau Georges Jacques Babylas (joué par Goscinny), ce dernier s’avérant être toujours le coupable. Le même schéma sera reproduit dès le lancement de leurs enquêtes dans Pilote. Ce qui explique que l’on reconnaît les personnages, dessinés cette fois : Gébé, Gotlib, Fred et Goscinny.