Manteau de Torah

Allemagne, 
1728
Inv.
D.2019.01.001
Textile liturgique
Manteau de Torah
Me'il, מעיל
Dimensions :
H. 90 - L. 43 cm
Velours et fil de soie, doublure coton, cannetilles et fil métalliques
Dépôt du Consistoire Israélite de la Moselle

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Manteau de Torah, de forme rectangulaire, en double épaisseur, doublé, damassé rouge, motif végétaux et géométriques, inscription en galon rapporté, franges en partie inférieure

Publication :
DECOMPS Claire, « le patrimoine juif », Le patrimoine des Portes de France et du Pays thionvillois, Ars-sur-Moselle : S. Domini, 2012, p. 90-93 DECOMPS, Claire. "Quelques objets découverts dans la synagogue de Thionville", Liaisons, septembre 2011, n° 29, p. 11-13 Objet apparenté : KAYSER, Stephen et SCHOENBERGER, Guido. Jewish ceremonial art : a guide to theappreciation of art objects used in synagogue and home, principally from the collections of the Jewish museum of the Jewish theological seminary of America, Philadelphia,1955, p. 33-34 MANN, Vivian B et COHEN, Richard I, From court Jews to the Rothschild : art, patronage and power : 1600-1800, Munich, 1996. P. 29 et 134 HOROWITZ, Eliott, “The Court Jews and the Jewish quarters”. Jewish History, 1998/2, vol. 12, p. 22 et note 56
Inscriptions
Hébreu : ויעש את בגדי הקדש כאשר צוה אל את משה תפח לפק
״Vous ferez les vêtements saints comme l’Éternel l’a ordonné à Moïse, 488 D[u P[etit] C[omput]" (Exode, 39, 1)

Ce manteau de Torah, daté de l'année 488 du petit comput, c'est-à-dire de 1727-28, a été retrouvé à l’intérieur d’un carton dans un débarras de la synagogue de Thionville. Il a été restauré à une date indéterminée mais ancienne. Seule la face est remployée et une pièce a été posée au niveau de la couronne sommitale, prématurément usée par le frottement d'une plaque de Torah ou d'une main de lecture. De grande qualité, il s'agit d'un des deux plus anciens textiles juifs retrouvés en Lorraine. Si le motif des colonnes torses autours desquelles s’agrippe un rinceau végétal, symbolisant les deux colonnes du Temple Yaqin et Boaz, est très courant sur les textiles de cette époque, le style des lettres, la composition d’ensemble et certains détails comme les soubassements des colonnes, l’arabesque sous l’inscription et les deux vases de fleurs sommitaux présentent des similitudes avec ceux d’un manteau contemporain (1721-22) aujourd’hui conservé au Jewish Museum de New York, offert par une certaine Blümele, fille de Haïm Sinzheim, juif de Cour de Vienne, et épouse de rabbi Koppel Levi de Mannheim. L’origine du manteau de Thionville est donc très certainement germanique, l'absence de mention du donateur, ne permettant pas plus de précisions.
Le décor évoque le Temple de Salomon (couronne de Torah et colonnes sommées de vases de tulipes). L'inscription renvoyant au commandement de fabrication d'objets de culte est adaptée d'un verset de l'Exode (39, 1)

Historique
Retrouvé dans un débarras de la synagogue de Thionville