Lettre d'Abraham Lévy-Soussan à son fils Mardochée

LEVY SOUSSAN, Abraham
Mascara, Algérie, Afrique du Nord, 
18 août 1924
Inv.
AR/1444.28
Document d'archives
Lettre
Dimensions :
H. 26,5 - L. 21 cm
Manuscrit à l'encre
mahJ, 
don de Denis Lévy-Soussan

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Inscriptions
Mascara le 18 août 1924 Mon cher fils Mardochée, Casablanca Je viens répondre à ta charmante lettre du 12 courant. Ne m'envoie pas tes lettres par avion car elles peuvent se perdre et moi je ne saurais pas, et toi tu vas croire que je t'ai pas répondu à ta lettre, il vaut mieux par courrier ordinaire. Comme ça avec l'aide de Dieu on est sûr de les avoir. Tu me dis que Jacob est un peu fatigué. J'espère en Dieu. Comme tu dis cela ne sera rien n'est-il pas ? La peur de l'[mot illisible] ? Si c'est cela et que vous disez avoir un pharmacien à Casablanca achetez pour de la Casouïda et la prendre en tisane comme du thé elle est très bonne pour la peur ou la fièvre. En outre, il ne faut pas vous fatiguer trop car vous préférez mieux gagner un sou sans vous fatiguer que non pas 10 en vous fatiguant. Car y a pas au monde comme la santé tu ne peux pas t'imaginer la joie que j'ai d'avoir quitté le roulage. Je gagne beaucoup moins mais grâce à Dieu je suis mieux reposé car la santé fait venir l'argent et l'argent, Dieu préserve, ne fait pas venir la santé. Travaille doucement et faites votre sieste et Dieu est grand et vous posséderez. Je reviens au nom de Jacques. Cher fils tu dois être intelligent aussi bien toi que lui. Si même c'était une chose d'intérêt et que moi j'aurais dit de ne pas le faire, il l'aurait supprimée en disant pour faire plaisir à mon père et comme respect je ne le ferai pas, et surtout une chose contre lui. Voilà vous êtes hors de mal hors de danger, la plante au champ. Je ne parle pas avec vous autres. C'est celui qui est à la [mot illisible] pour chercher à la sauver. En cas on lui change de nom, s'il s'appelle pépé on l'appelle Manuel. Et demande au Rabbin, il te dira comme moi. Pourquoi ? Moi je ne m'appelle pas Albert. Dieu me garde du danger changer mon nom d'ancêtres avec un nom de Chouma. Tout de même je prie Dieu qui lui fasse dans l'idée pour qu'il s'appelle plus Jacques, rien que Jacob et je le verrai pendant que je suis vivant. Et tu lâcheras cher fils de l'engager non plus s'appeler Jacques, seul Jacob et qu'il m'envoie les enveloppes qu'il a de Jacques, moi je les emploierai ici ou bien un morceau de papier gommé sur Jacques et mettre Jacob. Si tu veux écouter mon conseil marie-toi vite et Dieu est grand et puissant et après quelques jours de ton mariage, tu peux bien travailler ? Et tout c'est la sentence de Dieu quand Lui il voudra la chose vienne facilement de facilité. Pour venir vous voir que vous soyez tous sains et saufs et complets amen amen. Nous aussi nous vous avons languis seulement, contre la force pas de résistance. Chers enfants que Dieu vous protège de tout mal et de tout danger et du mauvais œil et des mauvaises gens. Ne vous fatiguez pas, gagnez moins et avec repos que non pas beaucoup avec fatigue écoutez mon conseil que votre destinée. Je vous le répète ne vous fatiguez pas. Ne vous esquintez pas. Dîtes à Jacob de prendre de la Centaurée et si vous en avez pas, je vous en envoie d'ici. C'est la Centaurée qu'elle me rend la vie. Surtout l'été. Je la bois comme si je buvais du sirop de lemon [?]. [...] vous servira avec l'aide de Dieu. Ta mère, Semha, Esther et les enfants vous embrassent tous 21 fois et moi je vous embrasse 50 fois et je vous donne mes bénédictions et celles de Dieu qu'elles vous accompagnent et je vous pardonne du fond du cœur pour la vie. Bensoussan Abraham