Le Pierrot (non mentionné)

BOUSLANE, V.
JOUY, Jules
BOURGEOIS, Léon
WILLETTE, Adolphe Léon
, Châlons-sur-Marne, 1857 - Paris, 1926
Montmartre, Paris, 
vers 1894 ou 1895
Inv.
98.10.013
Document d'archives
Extrait de journal
Dimensions :
H. 38 - L. 28 cm
Impression sur papier.
mahJ

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Extrait d'un journal, dont les pages sont numérotées de 5 à 12. Textes et caricatures antisémites.
Intitulés des articles:
Page 5: "A travers tout": Le juif errant n'est pas mort...
Page 7 et 10: "Le juif de Sofievka" par V. Bouslane. troisième chapitre d'un feuilleton.
Page 8: "La véritable complainte du juif errant", texte par Jules Jouy et dessin de E. B.
Page 9: "La république opportunarde et juive au bord du puits" par Willette
Page 11: "Juifs Convertis. (Souvenir de jeune fille. Dijon 1893)"

Illustrations antisémites:
P. 5: "Les Juifs de l'Hotel Drouot": groupe de personnages aux nez crochus examinant avidement une bague.
P.7: "Continuez ! Continuez!", dessin signé de Léon Bourgeois illustrant une scène du feuilleton "Le juif de Sofievka".
P.8: "La véritable complainte du juif errant": un juif chauve et barbu, nez crochu et doigts crochus amasse une pile de pièces d'or qui en s'effondrant, écrase des petits hommes.
P.9: "La république opportunarde et juive au bord du puits". Allégorie de la République/ Marianne habillée en bohémienne, jupon à volants, épaule dénudée, guitare sur le dos, coiffée de son calot à cocarde, s"appuie sur la margelle d'un puits. Dessin signé par A. Willette.
P. 11: "Juifs convertis": Légende: "C'est cette vieille dame dont Monsieur était le banquier. - Oh la pauvre!... Donne lui l'os". Assis autour d'une table bien garnie, des personnages aux nez crochus , l'un balance son os au maître d'hotel sans se retourner vers lui. Au mur, une gravure d'un homme demi-nu, âgé et barbu, marchant en s'aidant d'un bâton (juif errant).

Littérature antisémite dont le" juif errant" est une référence constante. Henri Meige, psychiatre de la Salpêtrière, mentionné dans le premier article "Le juif errant n'est pas mort" fut élève de Charcot et l'auteur du livre "Le juif-errant à la Salpêtrière". Il s'agit selon Philippe Oriol d'un journal publié à Montmartre - et non de la Libre Parole qui a un autre format. La présence d'un dessinateur tel que Willette est caractéristique de Montmartre: Willette était le directeur et le rédacteur du "Pierrot", il fut aussi le "candidat antisémite" aux élections législatives de 1889(?). (Voir l'affiche en dépôt). D'autre part, Jules Jouy n'a jamais écrit pour la Libre Parole. Voir aussi l'article sur les dessinateurs et l'Affaire Dreyfus, dans le catalogue "The Dreyfus Affair", de NY. Adolphe Willette (compléter)