Lampe de la Reconsécration du Temple ou Fête des lumières

Afrique du Nord, Algérie ?, 
19e siècle
Inv.
2018.02.016
Objet cultuel
Lampe de la Reconsécration du Temple ou Fête des lumières
Lampe de la Reconsécration du Temple ou Fête des lumières
Dimensions :
H. 18 - L. 27,5 - Pr. 4 cm
Cuivre gravé, ciselé et ajouré
mahJ

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Lampe en cuivre en forme de boîte triangulaire dont la face s'ouvre grâce à des charnières fixées en partie basse. A la base de la structure, huit bruleurs émergeant de colonnes gravées et ajourées d'un décor de mihrabs. En partie supérieure, rosace gravée, décorée en son centre d'une étoile de David ajourée, d'où sort la pointe d'un bruleur. A l'extrémité supérieure, petit triangle ajouré servant à l'ouverture de la façade. Anneau d’accroche au revers, en partie supérieure.

Cette lampe, probablement algérienne, est utilisée pour la fête de Hanoukkah, également nommée « fête des lumières ». D’institution rabbinique, Hanoukkah commémore la ré-inauguration de l’autel des offrandes dans le second Temple de Jérusalem, lors de son retour au culte juif, trois ans après son interdiction par Antiochus IV Séleucide et marque une victoire militaire des Maccabées.
Selon la tradition rabbinique, au cours de cette re-consécration, se produit le miracle de la fiole d’huile, permettant aux prêtres du Temple de faire brûler pendant huit jours une quantité d’huile à peine suffisante pour une journée.
Traditionnellement, tous les soirs pendant la durée de Hanoukkah (huit jours), on allume successivement les huit godets d’une lampe à huile, ou "hanoukkiyah" (pluriel "hanoukkiyot"). Cette tradition est à l’origine des lampes de Hanoukkah dont les formes et les styles varient en fonction des pays et des périodes.