Giacomo Meyerbeer (Musée Français)

PENAUILLE, Edmé
, Nevers, 1840 ? - Paris, 1871
NADAR
, Paris, 1820 - id. 1910
Paris, France, 
19e siècle, milieu
Inv.
99.09.010.3 a-b
Document d'archives
Journal, supplément
Dimensions :
Feuille (article) : H. 31 - L. 22 / Lithographie : feuille : H. 31 - L. 23 et litho : H. 19 - L. 14,9 / Lithographie : feuille : H. 31 - L. 23,4 et litho : H. 19 - L. 14,8 cm
Lithographies et article imprimé sur papier
mahJ, 
don de Georges Aboucaya en mémoire de sa soeur Colette Aboucaya-Spira

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Un article (a) et deux exemplaires d'un même portrait (b): L'article de quatre pages non numérotées est une notice biographique rédigée, évoquant le parcours artistique de Giacomo Meyerbeer. Le portrait, imprimé sur une feuille à part, est dans un médaillon ovale. Giacomo Meyerbeer est représenté âgé, en buste, tourné vers sa droite.

Edition :
Edouard Blot, rue Saint-Louis, 46, Paris

Gravure et texte sont parus comme supplément du "Journal amusant" : "Musée français. Galerie de portraits dessinés et gravés d'après les meilleures photographies" N°81". Pour la date, voir BN ou bien se renseigner sur la date à laquelle Nadar fit la photo de Meyerbeer.
Jacob Liebmann-Beer (1791-1864), compositeur,est né à Berlin, dans une famille de banquier. Il étudie le piano avec Muzio Clementi, puis la composition avec Mendelssoh et Carl Maria von Weber. Il reçoit un accueil modéré pour ses premières œuvres et s'installe en Italie (Venise) de 1815 (sur le conseil de Salieri) à 1826. Il y compose six opéras qui obtiennent du succès. En 1826, il vient à Paris, est influencé par Luigi Cherubini et Jacques Halévy où il écrira ses œuvres les plus connues, Robert le Diable(1831), Les Huguenots(1836), Le Prophète (1849) ou l'Africaine (posthume, 1865). Il est considéré comme une des figures centrales de l'opéra français. Les textes de ses opéras furent écrits par Eugène Scribe (1791-1861), le librettiste le plus recherché de son temps.