Ensemble de sept dessins sur le procès de Rennes

FIVAZ, Emile (Sainte-Croix, Suisse, 1858 - Lausanne, 1912)
1899
Inv.
2021.18.001-007
Dessin
Caricature
Dimensions :
H. 0,0 - L. 0,0 cm
Dessin à l'encre, aquarelle et lavis sur papier contrecollé sur carton
mahJ

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Appartenance à un ensemble
Ensemble de sept dessins
Justification de la date
Procès de Dreyfus, Rennes, 7 août - 9 septembre 1899
Historique

Ces sept dessins en couleur, de très bonne facture, sont accompagnés de textes satiriques rédigés dans une belle cursive. Ces derniers dénoncent par l’absurde l’absence de toute preuve contre Alfred Dreyfus et le complot ourdi par l’armée à son encontre, lors du conseil de guerre réuni à Rennes durant l’été 1899, après la révélation du faux du capitaine Henry et son suicide ayant entraîné la cassation du procès de 1894 condamnant Dreyfus au bagne à perpétuité.

Outre un portrait de Dreyfus, intitulé « l’accusé récalcitrant », apparaissent l’expert Bertillon brandissant un document portant au revers le mot « intérêt » avec M. Martin de Muller et le lieutenant-colonel Jeannet, « un témoin à charge qui descend du cocotier », le tout accompagné de signatures fantaisistes des principaux leaders antidreyfusards ; le général Mercier « dit Flair-artilleur, en raison du calibre de son naseau », représenté une seconde fois avec le général de Boisdeffre, sous le titre « les deux compères » ; le commandant Cuignet, « lampiste-adjoint d’état-major » et le commandant Lauthe, « photographe d’Etat, faussaire-adjoint, décoré automatiquement ». Un militaire non identifié, à la pose dubitative « Je ne sais rien, je ne veux rien savoir ; mais l’accusé a pu savoir donc il a su […] S’il était innocent, il n’y aurait que des éloges à en faire […] » est présenté sous le titre « Les début d’une belle carrière ».

Si la charge des portraits est plutôt modérée, les commentaires sont édifiants : « Mon pauvre Mercier, nous sommes de plus en plus dans la purée. Les mensonges ne prennent plus ; les faux les authentiques sont épluchés ; les démentis pleuvent ».

Émile Fivaz est un peintre, graveur et illustrateur suisse, connu localement pour ses carricatures et dessins de la région de Lausanne. Contrôleur et fondé de pouvoir au Crédit foncier vaudois de Lausanne, il emploie ses loisirs à peindre et à dessiner. Il a notamment illustré Le Jura vaudois (Pully, J.-J. gerber, 1899) et Chez nos Aïeux (Lausanne, F. Rouge, 1901) et créé en 1903 des costumes pour le festival Vaudois.
Cet ensemble témoigne ainsi du rayonnement de l'Affaire au-delà des frontières nationales

Description

Les sept dessins sont de format divers, et accompagnés de textes à la plume plus ou moins développés.

Langue
Français