Coupelle, petite tasse

Afrique du Nord, Algérie, Laghouat, 
19e siècle
Inv.
2013.21.012
Objet cultuel
Coupelle, petite tasse
Qos shel Qiddoush, כוס של קידוש
Coupelle, petite tasse
Dimensions :
H. 2,5 - D. 9,1 cm
Argent gravé
mahJ, 
don de Jean-Claude Lalou en mémoire des familles Lalou et Zenou de Laghouat

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Petite tasse de Qiddoush en argent gravé à l'extérieure et à l'intérieure.
Décors interne : fleur, poisson ; décors externe : oiseaux, fleurs
Inscriptions en caractère hébraïques sur les fonds interne et externe et sur le pourtour interne.

Marques :
Sans poinçon
Inscriptions
Inscription en caractères hébraïques sur les fonds interne et externe : לחיים [Le-Hayyim ; « A la vie »] Sur le pourtour interne : ־ בזכות רבי מאיר בעל הנס ־ בזכות שמעון הצדיק בזכות רבי שמעון בר יחאי יגן עליני ועל כל ישראל אמן ־ לחיי ירושלם הבנויה

Cette petite tasse de Qiddoush appartenait à Isaac Lalou et servit pour la brit milah (circoncision) de Jean-Claude Lalou, le 16 avril 1935 à Laghouat.

M. Jean-Claude Lalou, co-fondateur de la Confrérie d’Abraham, a fait don au MAHJ d’un large ensemble d’archives liées à l’histoire de sa famille et de la communauté des juifs de Laghouat, ville du désert, située à la marge saharienne de l’Algérie.
La famille Lalou appartenait à la notabilité de Laghouat. Ils étaient négociants et orfèvres. Très liés – jusqu’à aujourd’hui – aux confréries musulmanes de la région, les membres de la famille Lalou, Isaac Jacob et Michel, père et fils, ont été élus maires de la ville et occupèrent cette fonction durant de nombreuses années. La seule interruption que Michel Lalou connut dans cette fonction fut due aux lois d’exclusion des Juifs sous le régime de Vichy.
Les 33 objets donnés par Jean-Claude Lalou sont liés à l’histoire personnelle des membres des familles Lalou et Zenou de Laghouat en Algérie. Ils ont été la propriété des parents et grands-parents de Jean-Claude Lalou (son grand-père Isaac Jacob Lalou, Soltana (Suzette) et Michel Lalou, ses parents) et de Jean-Claude Lalou lui-même.Les archives et les objets Lalou témoignent d’une des diverses manières d’être juif en Algérie et de la grande qualité des rapports entre les juifs et les musulmans dans les marges sahariennes.