Cohn-Bendit de nouveau "appréhendé" à Francfort

Agence France-Presse
Francfort-sur-le-Main, République Fédérale d'Allemagne, 
20e siècle
Inv.
PH/0677
Photographie
Photographie de presse
Dimensions :
H. 12,5 - L. 17,9 cm
Épreuve au gélatino-bromure d'argent
mahJ

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Photographie en n&b. Jeune homme de profil vers la gauche, suivi par deux policiers. Deux autres hommes regardent la scène.

Edition :
AFP
Inscriptions
Légende dactylographiée sur papier collé au verso: "Cohn B endit de nouveau "Appréhendé" à Francfort. Daniel Cohn Bendit a été de nouveau appréhendé ce matin à Francfort. "Dany le Rouge" qui se trouvait dans la salle du tribunal où étaient jugés "les quatre incendiaires" a tenté de protester à l'issue du verdict en compagnie de trente jeunes gens. Il a été alors arrêté par un policier (notre photo). 95 797. Telephoto Francfort AFP / Photo 31/10/68"

WIKIPEDIA:
Brièvement membre de la Fédération anarchiste, puis du mouvement Noir et Rouge, Daniel Cohn-Bendit se définira plus tard comme « libéral-libertaire ».
En 1965-1966, il est inscrit en propédeutique pour étrangers à la Sorbonne-Censier.
En 1967, il est étudiant en sociologie à la faculté de Nanterre lorsque commence le mouvement de contestation qui deviendra le Mouvement du 22-Mars en 1968. Il est inscrit sur la liste noire des étudiants de l'université. À la suite de l'évacuation des locaux par la police le 2 mai 1968, il fait partie des étudiants qui vont occuper la Sorbonne le lendemain. Il sera avec Alain Geismar et Jacques Sauvageot l'une des figures de proue du « mouvement de Mai ».
Le 21 mai 1968, alors qu'il est en voyage à Berlin, il est interdit de séjour en France. Il s'installe à Francfort-sur -le Main.
En octobre 1968, il assiste et manifeste au procès des membres de la R.A.F. (Rote Armee Fraktion) Baader, Ensslin, Proll et Söhnlein:
Le 2 avril 1968 Baader, Gudrun Ensslin, Thorwald Proll et Horst Söhnlein mirent le feu à de grands magasins de Francfort-sur-le-Main dont le Kaufhaus Schneider, Ces incendies causèrent des dommages de quelques 675 000 marks, mais il n'y eut aucun blessé. Les incendiaires furent condamnés dans le procès qui s'ensuivit le 31 octobre 1968, Baader et sa compagne Gudrun Ensslin écopant chacun de trois ans de réclusion.
A la suite de sa demande en révision, Baader recouvra la liberté et participa à Francfort, avec Gudrun Ensslin, à la campagne nommée en allemand "Heimkampagne" de l'opposition extra-parlementaire. Après que le jugement ait été rendu exécutoire en novembre 1969, il n'effectua pas sa peine de réclusion mais disparut à Paris et plus tard en Italie.