Certificat de scolarité

Maroc, Meknès, Afrique du Nord, 
17 octobre 1941
Inv.
AR/1468.216
Document d'archives
Certificat de scolarité
Dimensions :
H. 21 - L. 15,6 cm
Feuille imprimée, complétée à la main, contrecollée sur une feuille cartonnée.
mahJ, 
don des enfants de Joseph et Mathilde (Mazaltob) Hassine en souvenir de leurs parents

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Certificat de scolarité remis par le lycée Poeymirau à l'élève Joseph Hassine, attestant de son inscription dans l'établissement, mais également de son départ du lycée, du fait qu'il soit "israélite".

Inscriptions
"Direction Générale de l'Instruction Publique des Beaux-arts et des Antiquités. Lycée Poeymirau, Meknès (Maroc) Le Proviseur du Lycée Poeymirau soussigné certifie que le jeune Hassine Joseph né à Meknès le 14 juillet 1924 est entré au dit Lycée le 1 octobre 1938 et y a suivi les classes de 6eC3-5eC3-4eC2-3eC2, en qualité d'externe. Certifie en outre que sa conduite a été excellente et son travail satisfaisant. A quitté l'établissement le 17.10.41 par suite des mesures d'élimination prises à l'encontre des israélites. Fait à Meknès, le 17 octobre 1941. Le Proviseur."
Fonds Hassine : les photographies qui composent ce fonds illustrent, entre autres, la vie quotidienne, les vacances, les loisirs, les fêtes religieuses, les amis, les familles du donateur du fonds. Les parents de ce dernier sont Joseph Hassine et sa femme Mathilde, née Lamy. Les parents de Joseph Hassine étaient Amram Hassine et Simah Aram. Joseph avait trois frères et sœur : Judah, Gracia et Gabriel. Simah et Amram étaient bijoutiers. Ce dernier était à la fois homme d’affaires et rentier. Il possédait des terres héritées de son père (culture du blé). Il eut également une entreprise de camions et pendant un certain temps, il suivit l’armée française comme épicier pour les lignes arrières. Le grand-père de Mathilde était originaire d’Agadir et était artisan bijoutier-horloger. Il s’installe à Meknès et épouse une fille Toledano, Yamna, de Meknès. Abraham (Albert), le père de Mathilde était lui aussi bijoutier, l'un des premiers à avoir une bijouterie dans le quartier moderne. Pour l’aider, il a pris Mathilde qui avait 14 ans, ce qui était assez exceptionnel pour une fille. Il a possédé trois bijouteries.