Calligraphie Végétales

REIMS, Cécile
, Paris, 1927-
France, 
2011
Inv.
D.2012.23.003
Estampe
Portfolio
Dimensions :
Portfolio : H. 34,2 - L. 22,5 cm / Feuille : H. 33,1 - L. 22. 2 cm / Gravures : H. 15,4 - L. 10,5 cm (page 5) ; H. 19,6 - L. 13,5 cm (page 6)
Papier BFK rives
Dépôt de la Fondation Pro-Mahj, 
don de Cécile Reims

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Portfolio composé de cinq feuillets doubles aux pages numérotées au crayon de 1 à 10 sur lesquelles on trouve une gravure sur chaque feuillet. Ces feuillets sont précédés d'un pseudo cahier typographique (deux feuillets simples montés en charnière, couchés dans un feuillet double blanc), le tout sous une couverture repliée à deux côtés qui porte le titre Calligraphie végétales collé.
Dans chacun des cinq feuillets doubles, l'artiste a inséré un texte écrit par elle, imprimé sur papier japon. Chacune de ces pages de texte est numérotée de 1 à 5 au crayon.

Edition :
Editon La Châtre : Cecile Reims
Inscriptions
Pages 5 et 6, sous les gravures, au crayon : à gauche "B.A.T" , à droite "Cecile Reims" Page de texte : "Dépassé ce passé, le sentier suit le court sinueux De la rivière. Miroir sans ride lorsqu'aucun souffle n'en agite la surface, Grêlé quand la pluie en altère le poli Ou strié par les éraflures du vent. Des arbres la bordent qui se font face sur les deux berges. Ils se saluent par-dessus l'eau. S'y reflétant, ils entrelacent leur branchage. Doucement se balancent sous la brise les rameaux Qui se muent en tourbillons dans l'onde. L'été, parés de leur frondaison, Quand tout alentour germe, croît, s'élance vers le haut, Je n'entends pas leur voix, Étouffée par la poussée de la sève. Par la luxuriance. Mais lorsque l'hiver les mets à nu, Qu'ils dressent vers le Ciel leurs branches faîtières Et que, consentantes, elles s'étreignent dans l'eau Quand le brouillard les enrobe dans sa grisaille, Dans le froid silence, mes yeux les voient En leur tragique dépouillement. Solides et puissants les uns, Déjà rongés, tordus, épuisés par leur vétusté, les autres. Des racines, retenant le tronc s'agrippent à une terre Que le courant sape et entraîne plus loin. D'autres ont renoncé et pendent vainement dans le vide."

Impression Paris : Jean-Philippe Boiteux (typographie) et Atelier Moret (taille-douce).