Baigneuses à Entraygues

WEISSBERG, Léon
, Przeworsk (Galicie), 1895 - Lublin-Maïdanek ou Sobibor (Pologne), 11 mars 1943
Entraygues, France, 
1942
Inv.
2017.30.009
Peinture
Dimensions :
H. 15,8 - L. 17,8 cm (carton); H. 17,2 - L. 18,4 cm (support)
Huile sur carton contrecollé sur plaque cartonnée
mahJ, 
don de Lydie Lachenal

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Dans un paysage arboré et vallonné, avec une maison en arrière plan, une jeune fille assise sur la gauche s'adresse à une autre jeune fille debout à droite. Les deux jeunes filles sont en tenue de bain.

Léon Weissberg est né en Galicie en 1895, dans une famille traditionnelle et religieuse juive. Son père le destine à une carrière de magistrat mais, dès l’adolescence, il affirme son désir d’étudier la peinture. Il intègre, en 1911, l’école des Beaux-Arts de Vienne puis, en 1919, l’académie royale de Peinture de Munich. À la fin de ses études et après la guerre, il entreprend plusieurs voyages dont un en Hollande où il découvre l’œuvre de Rembrandt qui va longtemps l’influencer.
Il s’installe à Paris en 1923 et se lie d’amitié avec de nombreux peintres que l’on rattache au cercle de l’École de Paris et notamment Sigmund Menkès (Lviv, 1896 – New York, 1986), Alfred Aberdam (Lviv, 1894 – Paris, 1963), Joachim Weingart (Drohobytch, 1895 – Auschwitz, 1942) avec lesquels il formera le « groupe des Quatre ». Il commence à exposer dès 1925 dans plusieurs salons et galeries parisiennes, notamment au salon d’Automne, à la galerie Zak ou encore la galerie Bonaparte.
En 1933, à la suite d’une déception amoureuse, il quitte Paris et s’installe à Saint-Paul de Vence, sur l’invitation de l’aubergiste de la Colombe d’Or, M. Roux, qui accueille de nombreux artistes. Il retourne à Paris deux années plus tard, continue à peindre, cherche à exposer régulièrement, et dans le même temps, fonde l’association des Artistes juifs de Paris en réplique aux violences antisémites en Allemagne.
En 1940, les Allemands sont aux portes de Paris et Léon Weissberg est contraint de fuir la capitale pour Rodez dans l’Aveyron. Il est ensuite envoyé en résidence forcée à La Capelle-Saint-Martin, puis à Entraygues-sur-Truyère.
Durant cette période, l’artiste continue de peindre sur tous les matériaux disponibles.
Il réalise notamment en 1942 de nombreux paysages d’Entraygues-sur-Truyère ainsi qu’une série sur les clowns. Ce sont les dernières peintures réalisées par l’artiste avant sa déportation au camp de Lublin-Majdanek, le 11 mars 1943.

Historique
Paysage réalisé à Entraygues-sur-Truyère, où Weissberg est en résidence forcée.