Alfred Naquet

NAIM, St. S.
Paris, France, 
s.d. [vers 1870]
Inv.
2004.28.002
Estampe
Lithographie
Dimensions :
H. 27 - L. 17,1 cm
Lithographie sur papier
mahJ

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Portrait tête et épaule d'un homme de face, légérement tourné vers la droite. Il porte un veston noir et un gilet clair avec un nœud papillon. Ses cheveux sont épais et mi-longs, son menton est caché par une barbe foisonnante. Titre sour le portrait "Alfred Naquet".

Edition :
Imprimerie A. Quantin
Naquet, Alfred (1834-1916) Chimiste de profession, il fut un républicain convaincu. Né à Carpentras, il enseigne la chimie à l'Institut polytechnique de Palerme en 1863 puis devient professeur de médecine à Paris. En 1867, il participe à la Conférence pour la Paix de Genève où il prend position contre l'Empire français et est condamné ensuite à 15 mois d'emprisonnement. Lors de la publication de Religion, Propriété, Famille, en 1869, il est à nouveau emprisonné et privé de ses droits civiques car dans son livre, il s'oppose au mariage religieux. A sa libération, il s'exile en Espagne et revient en France en 1870, où il travaille pour le gouvernement républicain de Tours. En 1871, il est élu député du Vaucluse et en 1882, devient membre du Sénat. Naquet représente l'aile gauche de l'Assemblée et du Sénat et il réclame avec insistance une loi sur le divorce, qui sera votée en 1884 et nommée "la loi Naquet". Son soutien au Général Boulanger en 1888 porta tort à sa carrière. Accusé de complicité lors du scandale de Panama, il fuit en Angleterre. Il s'abstiendra désormais de toute intervention dans la politique française. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages : "Principes de Chimie fondés sur les théories modernes" (1865), "Le divorce" (1877), "L'Humanité et la Patrie" (1901), "La république radicale" (1873), "Socialisme collectiviste et socialisme libéral" (1890).