Adam et Eve

PANN, Abel
, Kreslawka (Lettonie), 1883 - Jérusalem, 1963
Paris, France, 
1916
Inv.
2016.08.001
Estampe
Lithographie
Dimensions :
H. 51 - L. 66 cm
Lithographie couleur sur papier
mahJ

Pour toute demande de reproduction veuillez contacter la photothèque.

Description

Triptyque en couleur sur feuille en format paysage:
- planche de gauche: Adam enfant nu, debout dans le Jardin d'Eden observe une vallée en contre-bas en compagnie d'un animal;
- planche centrale: dans le jardin d'Eden en compagnie d'un perroquet sur une branche, surplombant une vallée peuplée d'animaux, Eve enfant nue accroupie tend une pomme de sa main gauche à Adam enfant nu allongé sur le ventre;
- planche de droite: dans le jardin d'Eden, surplombant une vallée, Adam enfant nu accroupi fait face à Eve debout nue adossée à un arbre.

Né à Dvinsk (Lettonie), fils du rabbin Nahum Fefferman et de son épouse Batya, le peintre Abel Pann (1883-1963) a étudié les Beaux-Arts en Russie et en Europe, notamment à Paris. Il se spécialise d'abord dans la peinture et le dessin d'humour, la caricature dont le portrait-charge. Il publie dans différents journaux français dont "La Vie en culotte rouge" (1902-15), " Le Panache" (1906); "Mon Dimanche" (1907-1914); "Le Rire" (1908-11); "Le Charivari", "Tout Nouveau" (1909); "Le Courrier français" (1909-10); "La Baïonnette" (1915). Sioniste convaincu, il émigre en 1913 à Jérusalem et enseigne à l'École des Beaux Arts de Bezalel. En voyage à Paris à la veille de la guerre, il s'y trouve bloqué dès août 1914 et ne repart pour Jérusalem qu'en 1920. Durant la guerre de 1914-1918, Abel Pann réalise des affiches populaires et des illustrations destinées à éveiller le sentiment patriotique et à renforcer le moral de la population française; il exécute une série de dessins consacrés aux puissances alliées et aux atrocités subies par les populations civiles en Belgique et en France. Certaines de ces œuvres originales, pastels sur carton, se trouvent au Musée d'Israël. Abel Pann s'est aussi inquiété des événements se déroulant sur le front oriental. De décembre 1915 à la fin 1916, il exécute une impressionnante suite de cinquante dessins sur les pogromes contre les juifs polonais et russes qu'il destine à la publication. Mais l'ambassadeur russe à Paris intervient auprès du gouvernement français pour empêcher la publication. En 1917, Abel Pann part aux États-Unis où son œuvre connaît un énorme succès. Le journal American Jewish Chronicle lui achète 24 de ses dessins et les publie en album lithographiques sous le titre Jug of Tears ("Tränenkrug"; "La cruche de larmes"). Pour lui, les juifs de la diaspora seront de toute façon les perdants de la guerre. Retourné et installé en Palestine à partir de 1920, Abel Pann enseigne à Bezalel et se lance dans la réalisation d'un cycle d'illustrations de la Bible publié au début des années 1920. Cette lithographie, datée de 1916, appartient certainement à la première série d’illustrations de la Bible connue exécutée par l’artiste. Il est probable qu’il s’attache au sujet avant même 1914. Mais c’est à partir de 1916 qu’il en publie les premières estampes. Le thème d’Adam et Eve au jardin d’Éden, du temps de l’innocence et de l’enfance de l’humanité, vient en contrepoint d’une œuvre décrivant les destructions tragiques commises pendant la guerre et dont la conscience le mènera à reprendre le chemin des sources de la création du monde. À partir de 1919, donc avant même son installation à Jérusalem en 1920, Pann débute un cycle de dessins et de peintures sur la Bible et débutant par la Genèse. Ayant fait l’acquisition d’une presse lithographique qu’il installe chez lui en 1921, Pann fonde l’atelier lithographique Palestine Art Publishing Co. et publie la première édition de "Genesis from the creation until the deluge" (La Genèse, de la création au déluge). À partir de 1924, il se consacre exclusivement à ce projet et publie, en 1926, la première édition de "Die Bibel in Bildern" (La Bible en images), par la Palestine Art Publishing. La mise en images du récit biblique créée par Abel Pann renouvelle entièrement les modes de représentation en cours chez les artistes juifs de son temps, encore tributaires d’une vision héritée de la tradition artistique chrétienne des icones biblicae et de l’art romantique du XIXe siècle. Les estampes de Pann sur ce sujet et datant d’avant 1920 sont rares. Par ailleurs, c’est à cette époque qu’il adopte une composition triptyque pour certaines de ses lithographies.